Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

A Eto’o Fils: Ne détruis pas de tes propres mains ce que tu as construit. – par le Pr. Moses Nyongwa

AfricaPresse.com

Ecrit Par le 30 Oct 2014 Publié dans la categorie: A La Une, Actualités, Célébrités, Moses Nyongwa, Société, Sports


etoo

Cher petit-frère,

Il m’arrive très rarement d’interpeler les gens individuellement dans mes écrits, mais cette fois-ci, je fais exception à la règle. D’abord, je voudrais te féliciter pour ce que tu as fait pour le football camerounais dans son ensemble. Il faut peut-être le rappeler ici : le fait d’avoir investi pour donner espoir aux Jeunes est un acte patriotique qui doit être salué. Quand tu seras plus âgé, tu te rendras compte que la Fundesport que tu as fondée est plus importante que tous les milliards que tu auras accumulés en banque. C’est l’impact de cette institution sur la société, c’est-à-dire, de milieux d’enfants que tu auras aidé à former, qui te donnera plus de satisfaction, le sentiment d’une vie remplie, qui a valu la peine d’être vécue. L’éternité que nous recherchons tous n’est que le reflet de nos bonnes actions. Qui se souvient des gens riches qui vivaient au 14e siècle dans le territoire que nous appelons aujourd’hui Cameroun? S’il y a des gens dont on se souvient, ce sont des gens qui ont posé des actes ayant une incidence sur la vie de leurs semblables. Je sais que les Camerounais en général exigent beaucoup des autres et pas assez d’eux-mêmes. Ne sois pas découragé par l’attitude des uns au point de détruire le joyau de ta contribution à la société camerounaise. C’est cette contribution, qui trahit le regard, l’empathie que tu portes envers les autres, qui fait de toi un être exceptionnel. J’ai été au Cameroun en janvier dernier, après trente ans d’absence. Ce que j’ai vu là-bas, c’est de l’espoir. Et cet espoir, ce sont des gens comme toi qui le donnent aux Jeunes. La Fundesport est un baobab que tu as planté. Tu ne peux plus le déraciner. Tous ceux qui t’aiment te diront exactement la même chose. Moi, un inconnu, je te demande de doubler le financement de la Fundesport pour offrir plus de chance à plus de jeunes Camerounais. Tu pérenniseras ainsi ton nom dans la mémoire collective, la psyché, la conscience des Camerounais. C’est cela la voie royale vers l’immortalité. Comme disait l’autre, «tout est vanité ici-bas». Et moi, j’ajouterai : «sauf si tu te projettes dans l’autre». Je pense que pour toutes tes actions (aussi bien au sein de l’équipe nationale que dans tes activités auprès des Jeunes), tu mérites une décoration nationale. Les Autorités Camerounaises doivent y veiller.
Salutations fraternelles.

@AfricaPresse.com: Pr Moses Nyongwa.

One Response to A Eto’o Fils: Ne détruis pas de tes propres mains ce que tu as construit. – par le Pr. Moses Nyongwa

  1. MANDARI Françoise Clémence

    05/04/2018 at 10:26

    Je ne suis qu’une Camerounaise depuis mon Yoko natal qui vient par la présente vous dire merci, infiniment pour la réaction par rapport certainement à un haut le coeur de notre ETO’O. Je ne sais pas le fil de l’histoire, mais Pr MOSES, vous mêmes êtes un ange gardien pour tous ces Camerounais assoiffés de consolation, de redonner vie à ce qui tend à perdre espoir Vous avez bien fait de calmer ce fils que Dieu nous a bonnement donné. Bonne journée et épiez tous les faits et gestes de ceux que vous pouvez encore ramener.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *