Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Affaire du Bébé volé – Débat: Sosthene Fouda lance a Issa Tchiroma: “Je suis surpris d’avoir en face de moi un membre du gouvernement, ancien putschiste, qui n’a pour fait d’arme que d’avoir tenté un coup d’Etat contre Paul Biya”

Ecrit Par le 16 Mar 2012
Publié dans la categorie: Actualités, Politique

Affaire du Bébé volé – Débat: Le gouvernement face à la Société civile sur RFI

L’ambiance était surchauffée, hier jeudi après midi au Djeuga Palace à Yaoundé où a eu lieu d’enregistrement du «Débat africain». Une émission diffusée tous les dimanches sur Radio France Internationale (Rfi), de 9h10 à 10h, présenté par Alain Foka. «Qui a volé le bébé de Vanessa Tchatchou?». C’était l’une des principales questions auxquelles les panélistes devaient apporter des réponses.

Avec pour la première fois, un face à face peu ordinaire. D’un côté, le gouvernement représenté par les ministres de la Santé publique, André Mama Fouda et de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, et de l’autre la société civile défendue par l’avocat de la famille de Vanessa Tchatchou, Me Meli, l’artiste musicien, Le « général Valséro », et l’opposant Vincent Sosthène Fouda, du collectif «Rendons lui son bébé».

Des échanges houleux, qui ont parfois viré à l’invective. C’est ainsi que dans la deuxième partie du débat, et face à l’entêtement de Sosthène Fouda à souligner l’implication du gouvernement dans cette affaire, Issa Tchiroma, ministre de la Communication lance: «Est-ce le candidat recalé à l’élection présidentielle qui parle ou un citoyen ?». La réponse de Sosthène Fouda est cinglante: «Je suis surpris d’avoir en face de moi un membre du gouvernement, ancien putschiste, qui n’a pour fait d’arme que d’avoir tenté un coup d’Etat contre Paul Biya». Issa Tchiroma se met en colère tandis que Mama Foufa sourit. A ce moment, Alain Foka intervient pour calmer les panélistes et indique que cette partie ne sera pas retransmise à l’antenne. Au sortir du débat, la tension retombe et les deux hommes échangent des propos sans rancune. Issa Tchiroma promet d’organiser un nouveau débat où il sera face à Sosthène Fouda.

Sur le fond du dossier, les positions restent inchangées. Pour le gouvernement, le bébé de Vanessa a été volé par Ngbwa Alabi le 20 août, est décédé et a été enterré à Nkoteng. Issa Tchiroma souligne qu’il s’agit d’un « crime de droit commun. Un crime malheureux. Nous exprimons la commisération du gouvernement à l’égard de Vanessa » affirme-t-il. Sur les tests ADN, il soutient que «la justice a fait appel à une démarche scientifique incontestable».

Des propos contestés par la société civile. Me Meli, avocat de la famille s’interroge: « Comment un procureur de la république a clôturé les enquêtes sans les tests Adn ? Par ailleurs, les conditions du prélèvement ont été clandestines. Le procureur n’avait pas ce droit. C’est la cour suprême qui doit désigner un juge indépendant ». Pour Sosthène Fouda, « c’est l’ancien directeur de l’hôpital, Doh Anderson Sama, qui a fabriqué et construit de toute pièce le mensonge de Nkoteng ».

Au cours du débat, Alain Foka invite sur le plateau, Sébastien Eya’a, le père du bébé. Ce bébé dont le sexe aurait été changé à la naissance, qui est déclaré «mort» après sa disparition le 04 février 2012, à l’hôpital de la Cnps d’Essos. Le présentateur donne ensuite des indications sur un potentiel trafic des enfants au Cameroun. Un moment d’émotion traverse la salle. La mère du bébé volé ne peut retenir ses larmes alors que Mama Fouda reste impassible. Pour faire pièce aux arguments de ses contradicteurs, il soutient que nos hôpitaux sont sécurisés.

Josephine Abiala

Communication gouvernementale: Mama Fouda s’explique, Bakang Mbock fuit le débat

Le ministre de la Santé soutient la thèse du bébé volé et enterré à Nkoteng, tandis que la ministre des Affaires sociales entretient le silence.

Depuis le début de ce qui est désormais appelé l’ « Affaire du bébé volé » de Vanessa Tchatchou, en référence au nouveau né, disparu à l’hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Ngousso, le 20 août 2011 à 14h30, le ministre de la Santé André Mama Fouda, ne s’était jamais exprimé publiquement. Pourtant hier, sur invitation d’Alain Foka, dans le cadre du « Débat africain » diffusé sur Rfi, le ministre de la Santé est sorti du bois. Ce qui a fait dire au chanteur Valséro, convié à l’émission que « sans la présence d’un média international, le ministre de la Santé ne se serait jamais exprimé. Car notre pays est mal géré ».

Au final, André Mama Fouda s’est simplement attelé à justifier la thèse du bébé volé décédé et enterré à Nkoteng. Une thèse soutenue depuis plusieurs jours par le procureur par le procureur de la république près des tribunaux, Jean Fils Clébert Ntamack, mais battu en brèche par Shanda Tomné et Vincent Sosthène Fouda, qui eux parlent de « mensonge d’Etat ».

Si Mama Fouda a eu le courage de venir s’expliquer, ce n’est pas le cas de la ministre des Affaires sociales, Catherine Bakang Mbock. Après avoir confirmé sa participation au présentateur, elle a tout simplement décliné l’offre à la dernière minute. Le ministre de la Communication, Issa Tchiroma a indiqué que celle-ci était en déplacement sans toutefois donner de précision sur le lieu et l’objet du voyage. Une attitude qui n’étonne pas Sosthène Fouda qui a indiqué au cours du débat que « la ministre des Affaires sociales ne pouvait pas venir, car elle a fait signer après deux mois un certificat d’adoption à la magistrate, qui est par ailleurs son amie ».

A la question de savoir comment peut-on voler un bébé dans un hôpital et s’il y’a eu des complicités ? Mama Fouda, argue: « Au Cameroun, nous avons 900 000 naissances. Soit par jour, 178 naissances à Laquintinie, 98 à l’hôpital central et 82 à l’hôpital gynéco-obstétrique. Le vol des enfants dans les hôpitaux publics, nous les connaissons au nombre de quatre en 2011 ». Il sera violemment repris par Sosthène Fouda qui donne le chiffre de 94 d’après des sources policières. Puis sans remords, il affirme « Même dans les prisons les plus sécurisées, on arrive à s’évader. Le monde n’est pas parfait ». A cet instant, l’avocat de Sylvie Juyep, mère de Vanessa et Valséro baissent la tête.

Mama Fouda ne donnera plus d’explications sur le bébé volé de Vanessa. Au sujet des tests Adn, le ministre de la Santé reste muet. Sur la sécurité à l’hôpital gynéco obstétrique et pédiatrique de Ngousso(Hgopy), ce 20 août 2011, date où le bébé de Vanessa a été enlevé, rien n’a redire. Mais souligne cependant que, « le gouvernement ne veut pas entretenir le flou dans cette affaire ». Interrogé sur son attentisme pour réagir, il répond « qu’il n’est pas du devoir de l’opinion de dicter la conduite au gouvernement ». Un argument soutenu avec acuité par son collègue Issa Tchiroma, ministre de la Communication.

Sosthene Fouda

Sosthene Fouda

La seule préoccupation de l’actuel ministre de la Santé a été de rassurer l’opinion sur la sécurité dans nos hôpitaux. Pour lui, « nous avons des hôpitaux sécurisés. Tout est perfectible dans le temps. Il ne faudrait pas que les Camerounais aient l’impression que nos hôpitaux ne sont pas sécurisés ».

One Response to Affaire du Bébé volé – Débat: Sosthene Fouda lance a Issa Tchiroma: “Je suis surpris d’avoir en face de moi un membre du gouvernement, ancien putschiste, qui n’a pour fait d’arme que d’avoir tenté un coup d’Etat contre Paul Biya”

  1. doumbia

    17/03/2012 at 12:13

    Quel pays? On est tourjours en attente de la perfection 50 ans aprés. Quand on est ministre, le public est en droit de s’attendre à des explications claires sur des actes engendrés par leurs actions ou celles engendrées par leurs collaborateurs.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>