Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

AFFAIRE MARAFA. POURQUOI LE JUGE MAGNAGUÉMABÉ DOIT SE DÉCHARGER DE L’INSTRUCTION

AfricaPresse.com

Ecrit Par le 1 Jun 2012 Publié dans la categorie: Actualités, Opération épervier, Société


Pour une Justice sereine, les explications de Me Albert Nguend Dime, avocat au barreau du Cameroun. Soulignons que Marafa Hamidou Yaya, mis en détention le 16 avril pour détournement de deniers publics, avait refusé deux fois déjà, de déférer à la convocation du juge d’instruction, qui de guerre lasse, a fait en vain le déplacement à Kondengui et maintenant au Sed, afin de l’entendre. On se souvient que Marafa Hamidou Yaya avait rendu publique une demande d’audience formulée par Pascal Magnaguémabé, en vue d’obtenir ses faveurs. Selon l’ex ministre, aujourd’hui en détention provisoire, le juge d’instruction souhaitait obtenir une promotion en grade et c’est à cet effet qu’il s’était rendu au cabinet du ministre.

L’ancien secrétaire général de la présidence de la République croit dur comme fer que ces ennuis viennent de son refus de « collaborer » avec ce juge.

Partant de cet antécédent, Marafa Hamidou Yaya avait alors sollicité la récusation de Pascal Magnaguémabé. Estimant que ce juge n’hésiterait pas à prendre sa revanche dans l’instruction. C’est lui qui a instruit les dossiers de Jean-Marie Atangana Mebara, ancien Secrétaire général de la présidence de la République, d’Ephraïm Inoni, ancien Premier ministre, Marafa Hamidou Yaya, ancien ministre de l’Administration territoriale, Jérôme Mendouga, ancien ambassadeur du Cameroun aux Etats-Unis, Yves Michel Fotso, ex-administrateur directeur général de la Camair et Pdg de la Commercial Bank of Cameroon (Cbc), Titus Edzoa, ancien secrétaire général de la présidence de la République et l’homme d’affaires Thierry Michel Atangana.

Que risque le détenu qui accuse le juge d’instruction de partialité ? Selon Maître Dime, avocat au barreau du Cameroun, « la loi a prévu l’hypothèse de la récusation du juge par un justiciable; en attendant la solution à donner par l’instance appelée à connaître de cette récusation, l’instruction est suspendue. Dans ces conditions évidemment, il ne peut pas être envisagé de convocation ni de comparution pour l’inculpé, faute d’instruction en cours en l’état ». Dans le cas d’espèce justement, la récusation du juge d’instruction, selon nos sources, n’a pas prospéré car elle serait « non fondée ». Dans l’hypothèse de rejet de la demande de récusation, il revient au même juge de poursuivre l’instruction; « il se trouve cependant que la procédure de récusation peut être assortie d’une condamnation à des dommages-intérêts au profit du magistrat ainsi outré dans son honorabilité. Auquel cas, il devient difficile d’envisager une procédure sereine entre les mêmes protagonistes du dossier. Le souci du procès équitable invite dans ces conditions le juge à se déporter, c’est à dire à se décharger volontairement du dossier ».

Il n’en est pourtant rien. Le juge Magnaguémabé voulant manifestement aller jusqu’au bout de l’instruction du cas Marafa, qui se retrouve nécessairement dans un inconfort qui ne peut plus lui garantir un procès équitable. Mais souligne l’avocat, c’est une hypothèse qui n’est pas prévue par le Code de procédure pénale. Il pourrait donc avoir un risque certain que l’instruction de l’affaire Marafa soit totalement à décharge, donc alourdisse le cas du détenu, l’atmosphère n’étant plus très sereine pour une bonne justice. Toutefois, croit savoir un juriste, les charges ne sont pas sensées se fabriquer artificiellement par la volonté d’un juge. « Il y a toujours un moyen de contrecarrer ses initiatives qui seraient mues par l’ego personnel, y compris par le recours devant la chambre de contrôle de l’instruction de la Cour d’appel ». Mais en définitive, la meilleure solution pour la justice serait que le juge se décharge du dossier, quitte à solliciter des dommages intérêts, s’il s’estime outragé dans son honneur et considération.

Edking

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current ye@r *