Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

ATANGANA MEBARA, “UN DOSSIER JUDICAIRE MONTÉ CONTRE MOI”

Ecrit Par le 16 Apr 2012
Publié dans la categorie: Actualités, Politique

Atangana Mebara. En attendant le verdict ce 30 avril, la défense de l’ex Sg/Pr soutient que l’accusé est en « prison pour n’avoir rien fait ». Récit de la plaidoirie.

Atangana Mebara

Des moments graves partagés entre l’émotion, la « peur » et la « confiance ». Surtout des instants de droit.

Mieux, des leçons de droit. Vendredi dernier au tribunal de Grande instance du Mfoundi, le collectif de défense de Jean-Marie Atangana Mebara a tenté de réhabilité l’ex Sg/Pr dans son droit. La liberté. Car, « le dossier est juridiquement vide », soutient Me Claude Assira. Et de ce fait, les conseils de l’ex Sg/Pr plaide pour l’acquittement de M. Atangana Mebara, du chef de tentative de détournement de 24 milliards FCfa (argent destiné à l’achat de l’avion présidentiel), « les faits n’étant pas établis et en raison de l’absence de la tentative ».

De même pour l’accusation de 1,5 milliards FCfa (arriérés de locations d’avions de la Camair destiné au loueur d’avion, Ansett), dont la défense estime également que « les faits ne sont pas établis ». Quant à l’accusation de complicité de détournement de 121 millions FCfa, (reliquat d’un crédit de 720 millions FCfa envoyé par l’Etat du Cameroun à son ambassade à Washington), la défense évoque l’absence d’éléments caractéristiques de la complicité. De manière élaborée, les quatre avocats de Jean-Marie Atangana Mebara sont arrivés à ces conclusions. Chacun dans son ton.

En effet, les conseils de l’ex Sg/Pr ont fait le procès de la Justice. Me Ebanga Ewodo parle de « cannibalisme judicaire » à l’encontre de Jean-Marie Atangana Mebara. « Quel est le fondement juridique de l’action engagée contre Atangana Mebara », interroge-t-il. L’ancien bâtonnier estime que son client est poursuivi sur la base des interprétations subjectives. C’est le cas pour l’accusation de 24 milliards FCfa.

Avion presidentiel
L’avocat rappelle que Mebara n’est pas Sg/Pr lorsque le projet d’acquisition de l’avion présidentiel est élaboré, encore moins lorsque l’argent débloqué disparait. « Comment rétablir la fortune publique de l’Etat. Voilà la question que Mebara s’est posé pour régler les torts occasionnés ». Me Ebanga estime alors que son client est poursuivi parce qu’il a « tenté de récupérer l’argent que d’autres ont volé ». Me Assira lui avait déjà emboité le pas en constatant qu’une lettre, celle écrite à Apm pour récupérer les fonds détenus par Gia, a suffi pour condamner Mebara. « Le lien de causalité n’est pas établi puisque la lettre ne laisse pas apparaitre les éléments d’exécution du détournement. Le lien de causalité doit être direct pour que le fait soit punissable », souligne Me Assira. Et de s’interroger : « Quel est le texte de droit qui a été violé en demandant à Apm de récupérer l’argent ? On n’est pas en présence d’un contrat. C’est un mandat écrit.» Me Assira crie à l’acharnement.

Machine judiciaire
Et lorsqu’il parle de la complicité de détournement de 121 millions FCfa, il y voit « un délire total ». « On reproche à Monsieur Mebara de n’avoir pas donné des instructions à l’ambassadeur Mendounga pour arrêter les dépenses. La complicité par extension n’existe pas », fait-il savoir. Me Assira évoque l’article 97 du Code de procédure pénale qui indique que pour qu’il y ait complicité, il faut avoir provoqué de quelque manière que ce soit l’infraction. S’agissant de l’accusation de 1,5 milliard FCfa, les avocats de Mebara estiment « que le but recherché est de poursuivre, cherchez n’importe quoi, peu importe, mais il faut poursuivre ». Pour cette accusation, Ansett, elle-même, loueur d’avion de la Camair, a confirmé que l’argent lui a été versé ainsi que le témoignage du liquidateur de la Camair.

Me Ekani s’offusque de ce que « Atangana Mebara est injustement arraché à l’affection de sa famille et exposé aux affres de la solitude et de l’angoisse face à cette machine judiciaire implacable et déshumanisante ». Elle a la voix tremblante et les yeux larmoyants lorsqu’elle se souvient que Me Denis Ekani, son père défunt, qui a commencé la procédure aux côtés de Mebara, a attendu 10 mois avant d’avoir accès au dossier. « C’est une torture morale », s’émeut-elle. Me Ekani évoque le parcours de son client. « Un self made man », qui a fait face à la disparition de son père à l’âge de 16 ans et « emprunté le chemin d’une prestigieuse carrière dans l’administration camerounaise ». Et lorsqu’il prend la parole pour la dernière fois dans ce procès samedi vers 3h, Mebara affirme : « J’ai servi loyalement mon pays et le chef de l’Etat. On a monté un dossier judiciaire contre moi et on attend de vous que vous confirmiez des accusations politiques ». Le fougueux et spirituel Me Nguini, à en croire son rêve, pense toutefois que le tribunal ne confirmera pas ces accusations. « J’ai fait un rêve. La Une des journaux affichait à profusion « Atangana Mebara acquitté ». Verdict le 30 avril.

© Le Jour : Eitel Elessa Mbassi

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>