Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Bébé volé de Vanessa Tchatchou: Les premières têtes tombent


Ecrit Par le 12 Mar 2012 Publié dans la categorie: Actualités, Société


Un décret du président de la République, rendu public le vendredi 9 mars 2012, nomme de nouveaux responsables dans la formation hospitalière où le bébé d’une adolescente a disparu d’une couveuse depuis août 2011.Les premières têtes sont tombées dans le cadre de l’affaire Vanessa Tchatchou. Le décret présidentiel, rendu public le vendredi 9 mars dernier, et qui nomme de nouveaux responsables à la tête de cet hôpital de référence, démet dans le même temps les responsables en poste. Si le décret du chef de l’Etat ne précise pas les motivations de ce limogeage, les événements qui l’ont précédé permettent de faire le lien avec l’affaire Vanessa Tchatchou, du nom de cette adolescente dont le bébé a disparu d’une couveuse de l’hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Ngousso.Anderson Doh Sama, le désormais ex-directeur général de l’hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Ngousso, n’a pas beaucoup communiqué sur l’affaire. La gestion faite du dossier, au moment où l’affaire est portée à l’attention de l’opinion publique, n’a fait qu’envenimer la situation. Le Dg ne parlait presque jamais aux journalistes. Ceux qui essayaient de couvrir des manifestations de protestation des groupes de soutien à Vanessa Tchatchou, devant l’hôpital, étaient interpellés en même temps que les manifestants. Quand le gouvernement décide enfin de communiquer sur l’affaire, quatre mois et demi après les faits, c’est un ensemble de critiques envers la presse et toutes les personnes qui ont décidé d’œuvrer pour la manifestation de la vérité. Des sources font état de ce que le séjour du chef de l’Etat en Suisse aurait été perturbé par des groupes de défense des droits de l’homme, constitués de Camerounais de la diaspora venus exprimer leur ras-le-bol devant l’hôtel où logeait le chef de l’Etat camerounais et sa suite.

Fru Angwafor III, le nouveau directeur général, et son président du conseil d’administration, Charles Salé, héritent donc d’une patate chaude. Ils auront sous la main Vanessa Tchatchou qui attend toujours, depuis plus de six mois, que l’hôpital lui remette son bébé qui a miraculeusement disparu de la couveuse où il était placé, quelques heures seulement après son accouchement. Ils auront aussi à gérer la pression médiatique, des hommes politiques et des organisations de la société civile.

La nomination de nouveaux responsables à la tête de cet hôpital survient au moment où les résultats des tests ADN effectués sur l’enfant de la magistrate soupçonnée par une frange de l’opinion d’être l’enfant de Vanessa Tchatchou, sont rendus publics. Il ressort de cette analyse d’ADN que l’enfant en cours d’adoption et sous la garde de la magistrate n’a aucun lien de parenté avec Vanessa. Seuls couacs dans la communication des autorités judiciaires, relayée par le ministre de la Communication, le nom du laboratoire qui a effectué les analyses n’a pas été révélé. En plus, la déclaration faite, selon laquelle il était impossible d’effectuer le test ADN sur les restes du bébé inhumé à Nkoteng, laisse perplexe un certain nombre de spécialistes. Car, un laboratoire de référence, en Occident, est capable d’effectuer un test ADN sur des restes datant de plusieurs siècles. Une donnée qui vient en rajouter à la polémique déjà en cours. Car, des scientifiques considèrent que les déclarations des autorités camerounaises sont «une injure à la science».

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *