Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Câbles Wikileaks: Confidences de Paul Biya sur sa fin de règne.

AfricaPresse.com

Ecrit Par le 12 Oct 2011 Publié dans la categorie: Actualités, Politique, Présidentielle 2011, WikiLeaks


Au cours d’un entretien de 1h30 avec Janet Garvey le 31 janvier 2008, le président de la république indiquait qu’il comptait faire modifier la constitution. Lesdites modifications porteraient sur la non limitation des mandats présidentiels et la création d’un poste de vice-président. l’objectif, d’après Paul Biya, étant de réduire les frictions internes au sein de son gouvernement dont les membres sont distraits par la course interne de positionnement en vue de la succession pour 2011. «Les batailles internes empêchent le bon fonctionnement du gouvernement», a confié le président de la République à l’ambassadeur Garvey.

Biya a d’ailleurs rappelé ce jour-là au diplomate américain les dispositions que prévoit la Constitution en cas de vacance de pouvoir. A savoir que le président de l’Assemblée nationale assure la transition jusqu’à l’organisation des élections 40 jours plus tard. «[Ce qui] est intenable et pourrait susciter une intervention militaire», a-t-il fait savoir à Garvey. Qui précise que pour autant, «Biya n’a pu décrire le vice-président de la République comme son successeur évident ou comme le candidat du parti [Rassemblement démocratique du peuple camerounais, Ndlr]
en 2011». Mais il estime la création d’un poste de vice président comme étant un changement «plus significatif», que la non limitation du mandat présidentiel.

D’après un proche de la famille présidentielle et qui avait su entrer auprès du Premier ministre Inoni Ephraïm, le vice-président «ne serait pas un Béti (le groupe ethnique du président de la République), un Nordiste (plusieurs Nordistes sont toujours amers quant au traitement infligé à l’ancien président de la République Ahmadou Ahidjo) ou un Bamiléké (considérés déjà très forts en termes de puissance économique)», lit-on sur le câble du 31 janvier 2008. L’informateur des diplomates américains insinue que le vice président sera «quelqu’un d’une région du pays politiquement neutre».

La nomination d’un vice-président quatre ans après la création de ce poste va-t-elle taire les manÅ“uvres et batailles que l’on observe aussi bien au sein du système que du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC dont les militants espéraient qu’un (autre) des leurs soit nommé à ce poste? Rien ne le dit Puisque Paul Biya qui se dit conscient du «manque de culture démocratique politique dans son pays» ne tente pour autant pas d’amorcer la préparation de sa succession.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>