Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Cameroun – Crise anglophone – Révélations: Le Cameroun émet des mandats d’arrêt internationaux contre 15 leaders sécessionnistes

AfricaPresse.com

Ecrit Par le 8 Nov 2017 Publié dans la categorie: A La Une, Actualités, Cameroun, Société


Sisiku Ayuk Tabe

Sisiku Ayuk Tabe

D’après notre confrère Le Jour, des dossiers à cet effet auraient été préparés et remis à la police internationale en une seule phase.
C’est un nouveau rebondissement que connait la crise anglophone qui a débuté au Cameroun, depuis novembre 2016. Dans son édition du 8 novembre 2017, le quotidien Le Jour révèle que les autorités viennent d’émettre des mandats d’arrêts internationaux contre une quinzaine de leaders du groupe des sécessionnistes. Pour être précis ces mandats concernent les activistes impliqués dans les évènements en cours dans les deux Régions anglophones à savoir le Nord-Ouest et le Sud-Ouest. «Les informations exclusives obtenues par Le Jour font état «de dossiers préparés, montés et transmis à la police internationale en une seule phase. La préparation des mandats en question a mobilisé de hauts responsables de la police, la gendarmerie, la magistrature, ainsi que des agents spéciaux «avant mais surtout après le 22 septembre 2017», peut-on lire dans le journal.

Le quotidien qui dit n’avoir pas obtenu la liste des activistes ciblés, indique que toutefois, selon un officiel de la police camerounaise Sisiku Ayuk Tabe le chef des sécessionnistes est «naturellement» concerné. D’après la source de notre confrère, ce dernier «fait partie des commanditaires des actes de violence contre les écoliers et des agents de force de sécurité». Il y a aussi le dénommé Wilfried Tassang membre-fondateur du Consortium de la société civile anglophone dissous par le Ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation (MINATD). Il serait assez actif au sein du Gouvernement mis en place par les sécessionnistes.

Le Jour souligne au passage que l’émission des mandats d’arrêts internationaux a fait au préalable l’objet de moult discussions entre Yaoundé et certaines capitales occidentales. Ce qui laisse penser que l’extradition des sécessionnistes visés pourrait bien se faire.

Liliane J. NDANGUE

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *