Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Cameroun: Des projets abandonnés en zone rurale  faute de maturation


Ecrit Par le 4 Apr 2018 Publié dans la categorie: A La Une, Actualités, Afrique, Cameroun


Zone rurale

Une étude publiée en 2017 par le centre de recherche Camercap-Parc fait observer que cela est dû à plusieurs facteurs dont l’insuffisante évaluation des coûts, la distance géographique et la rareté des matériaux de construction.

Selon Cameroon Policy Analysis and Research (Camercap-Parc), le rapport 2015 de la brigade des contrôles du Minepat sur l’exécution physico-financière du BIP pour les exercices 2013-2014 révèle que les projets à gestion déconcentrée connaissent le plus grand nombre de chantiers abandonnés par rapport à ceux à gestion centrale. Pour le Think Tank placé sous la tutelle du Minepat, la majorité des irrégularités observées sont dues à l’insuffisance de l’évaluation des coûts du projet, la non prise en compte des distances géographiques des lieux d’exécution des projets, les difficultés d’accès aux différents sites de réalisation de projets, la rareté des matériaux de construction et autres intrants dans les lieux de réalisation des projets.

En outre, l’étude  publiée en avril 2017 note que l’essentiel des projets abandonnés se trouvent davantage en zone rurale qu’en zone urbaine, et concernent pour la plupart les infrastructures sociales. Il importe donc  d’après Camercap-Parc de prendre en compte la dimension géographique des projets pendant leur maturation. D’ailleurs, en rapport avec la nature de la prestation, le rapport 2015 de l’Agence de régulation des marchés publics a révélé que les projets de construction des salles de classe et des autres édifices publics représentent à eux seuls plus de la moitié des abandons, soit 55,8%. Suivis des projets d’électrification rurale et des forages qui représentent 32,7%. Ce qui fait dire à l’organisme dirigé par Barnabé Okouda qu’ « un projet mature est celui qui est techniquement réalisable, s’intègre bien dans l’environnement institutionnel et règlementaire du Cameroun, est économiquement et socialement rentable, et dispose d’un financement entièrement garanti et sécurisé. »

Thierry Christophe Yamb

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *