Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Cameroun: Joseph Ze: Cette gratuité est un slogan politique

Ecrit Par le 18 Oct 2011
Publié dans la categorie: Politique, Présidentielle 2011

Le secrétaire général Snuipen, explique ce qui fait problème dans l’enseignement de base.
Sur quoi repose en réalité le concept de gratuité de l’école primaire publique au Cameroun?
Le concept de gratuité de l’école publique primaire au Cameroun repose sur le fait qu’il ne devrait avoir de frais exigibles à aucun niveau de l’école primaire. Je crois que c’est la définition la plus simple que je puisse donner à ce concept.
ze_joseph
On devrait comprendre publique ici dans son sens premier c’est-à-dire, accessible au grand nombre. En fait, cela est lié à une disposition de la constitution de notre pays qui rend l’école obligatoire. Alors, quand l’école est obligatoire, et au regard du niveau de paupérisation des parents, l’Etat doit créer toutes les conditions pour que chaque enfant puisse avoir accès à l’éducation. D’ailleurs, la fonction régalienne de l’Etat d’assurer l’éducation à tous conduit à ce qu’il devienne celui –là qui met en place toutes les structures qui réunissent toutes les conditions afin que cet accès soit gratuit.

Concrètement, qu’est-ce qui est payé et qu’est-ce que les parents ne doivent pas payer?
Vous savez que sur le plan universel, la gratuité de l’école se rapproche à un principe qui voudrait que ce soit l’école sans cartable. L’enfant doit pouvoir partir de la maison et trouver tout à l’école. Ceci signifie que même son transport devrait être assuré par l’Etat. C’est-à-dire, l’enfant doit trouver au niveau de l’école qui l’accueille tout ce dont il a besoin pour accéder au savoir comme apprenant. Concernant le Cameroun, cela a été déclaré, mais dans les faits, cela ne semble pas tout à fait évident parce que, si on devrait inscrire gratuitement l’enfant à l’école, il faudrait d’abord qu’il y ait suffisamment d’infrastructures. Il faudrait qu’il y ait assez d’enseignants.
Or, vous remarquerez que s’il n’y avait pas les japonais, je crois que même dans les grandes villes comme Yaoundé et Douala, nos enfants fréquenteraient dans des infrastructures extrêmement délabrées. Donc, il y a déjà un problème d’infrastructures dans notre pays. Il y a un problème de la qualité et de la quantité des enseignants. Il n’y a même pas le matériel didactique dans les établissements scolaires. Et il faut dire clairement qu’il n’y a pas un financement que l’Etat a débloqué pour assurer la gratuité de l’école. Et maintenant, ces institutions fonctionnent au petit bonheur. A ce moment-là, on est obligé de mobiliser les parents à travers l’arnaque qu’est l’Apee (Association des parents d’élèves et enseignants, Ndlr).
On lui a donné une configuration purement bureaucratique. Une association par essence doit est volontaire. C’est-à-dire que vous pouvez y adhérer ou pas Or, cette affaire d’Apee est un vrai braquage. Voyez qu’il peut arriver que vous ameniez votre enfant et qu’on fasse comprendre qu’il n’y a pas de bancs pour l’accueillir et par conséquent, vous devez payer 20.000F pour le banc. Il faut comprendre par là que l’Apee n’est qu’un système de corruption. Et finalement, quand on déclare l’école publique gratuite au Cameroun, il également prendre des mesures qui permettent que cette gratuité soit effective sur le terrain, au lieu de permettre qu’une mafia, à travers cette association s’installe. Franchement, il y a eu des études en ce qui concerne la gratuité des écoles.

Que ditezs-vous de l’étude de Transparency International Cameroon sur la question?
Transparency International Cameroon a réalisé des études qui démontrent qu’un enfant à l’école primaire coûte en moyenne entre 50.000 et 75000Fcfa à la rentrée scolaire. Et tout au long de l’année, c’est au moins directement, 150.000Fcfa. Pour ceux qui sont en classe d’examen, c’est encore un peu plus. Donc, à vrai dire, il n’y a pas de gratuité de l’école primaire publique au Cameroun. C’est n’est qu’un slogan politique creux. C’est de la pure démagogie. Parler de gratuité de l’école primaire publique aujourd’hui au Cameroun est une arnaque parce que vous savez qu’avant cette mesure, l’inscription d’un enfant à l’école publique coûtait 505Fcfa.
C’est en réalité ces frais qu’on a annulés. Et, il y avait une clé de répartition de ces 505Fcfa. Mais, il s’avère qu’il n’y a pas eu de mesures d’accompagnement. Il se passe que le paquet minimum qui devrait compenser cela aujourd’hui est une autre arnaque. Vous savez que dans le cadre de la politique de la décentralisation, on a confié cela aux communes, et maintenant, ces communes ne s’entourent pas des spécialistes de l’école pour s’en charger. Ils envoient un matériel inadapté dans les établissements. J’ai vu dans une école de la place une craie très frileuse achetée par les responsables d’une commune, je vous assure, j’en suis resté estomaqué. Vous ne le savez peut-être pas, la craie peut être à l’origine de 19 maladies professionnelles. Parmi celles-ci on peut trouver des maladies cardiaques, des maladies des poumons, des maladies de la peau etc. vous voyez comment l’enseignant peut être exposé! A tout cela, il faut encore ajouter les effectifs pléthoriques dans les salles de classes.

En quoi est-ce que la gratuité de l’école primaire publique a avancé la cause de l’éducation au Cameroun?
Logiquement, si vous remarquez le nombre d’enfants de la rue dans nos villes, vous vous rendrez certainement compte qu’il est croissant. Bien sûr qu’il y a aussi la démographie qui est galopante. Je crois que la population camerounaise est quant même l’une des plus éduquées dans la sous région et même au-delà mais en même temps, les déperditions scolaires sont grandes. Et puis l’inadéquation école-emploi est encore un grand problème au Cameroun. Vous savez qu’il y a des catégories d’emplois qui devraient absorber ce niveau-là aussi. Mais, il ne faut pas confondre niveau de scolarisation et qualité.

Propos recueillis par Jean De Dieu Bidias (Stagiaire)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>