Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Cameroun: Le gouvernement envoie un nouveau contingent de gendarmes spécialement formés contre la guérilla sécessionniste dans les Régions anglophones.

AfricaPresse.com

Ecrit Par le 27 Feb 2018 Publié dans la categorie: A La Une, Actualités, Cameroun, Société


Forces Spéciales de l'armée camerounaise

Forces Spéciales de l’armée camerounaise

Les nouveaux éléments ont été recyclés au Groupement polyvalent d’intervention de la gendarmerie nationale à Mbankomo, près de Yaoundé pour affronter avec succès la guérilla sécessionniste.

Dans la bataille armée qui oppose depuis quelques mois les forces de défense et de sécurité aux combattants séparatistes dans les Régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest, le gouvernement central a perdu beaucoup d’hommes en tenue, surtout les gendarmes qui semble-t-il, sont la cible privilégiée des rebelles.

Dans la guérilla imposée par des activistes radicaux de la crise anglophone qui lancent des offensives à partir de leurs bases installées dans la forêt et les montagnes, les gendarmes inexpérimentés, se font surprendre, puis assassiner.

Pour reprendre du terrain, le président Paul Biya, chef des armées, a ordonné la formation d’un contingent de la gendarmerie nationale aux réalités du terrain dans les Régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest.

Sans toutefois révéler le nombre exacte d’éléments admis en formation, notre source affirme que le recyclage a eu lieu pendant environ deux semaines dans les locaux du Groupement polyvalent d’intervention de la gendarmerie nationale à Mbankomo, en banlieue de Yaoundé, ville capitale administrative.

« Des éléments triés sur le volet, ont été mis en situation opérationnelle. Leurs capacités ont été renforcées en ce qui concerne les combats de localité, d’infanterie en secours opérationnel et l’entrainement au sujet de l’exécution de tirs techniques et tactiques » explique notre source.

Les éléments formés sont en train d’être déployés depuis le vendredi 23 février 2018 dans les Régions anglophones qui sont plongées dans une crise socio-politico-sécuritaire depuis fin 2016.

Adeline ATANGANA

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *