Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Cameroun РProcessus ̩lectoral : Une session extraordinaire pour modifier Elecam

Le Messager

Ecrit Par le 6 Apr 2011 Publié dans la categorie: Actualités, Politique


L’essentiel des députés de la nation a appris à travers les ondes de la radio qu’une session s’ouvre ce jour à dix heures. Au menu, le toilettage des textes fondateurs d’Elections Cameroon, ceux régissant l’organisation de l’élection présidentielle et un projet de loi sur l’électricité.

Assemblee Nationale du Cameroun

Assemblee Nationale du Cameroun

La nouvelle a traversé la capitale sous forme de rumeur en mis journée hier 05 avril 2010. Elle n’a été rendue officielle qu’à 17 heures au cours du journal parlé de la Crtv. Prenant au dépourvu même les membres du bureau de l’Assemblée nationale. La preuve ? Tamaïno Ndam Njoya, vice-présidente de la représentation nationale affirme avoir eu l’information de l’ouverture ce jour, 06 avril 2011 à 10 heures d’une session extraordinaire par quelques députés qui l’ont suivi à la radio. Elle dit ne pas connaître le contenu des textes qui provoquent cette session intervenant dès le lendemain de la clôture de la session ordinaire de mars 2011. Joint au téléphone, le député, Jean Michel Nintcheu du Sdf affirme pour sa part avoir appris que la session extraordinaire sera consacrée au toilettage des textes d’Elecam.Le cabinet du président de l’Assemblée nationale confirme que la raison essentielle de la convocation de cette session extraordinaire est la modification des textes fondateurs d’Elecam, la modification de ceux organisant l’élection présidentielle et un dernier portant libéralisation du secteur de l’électricité.

Une source à la direction de législation de l’Assemblée nationale révèle que “ sur la demande du président de la République et conformément à la Constitution du 18 janvier 1996, le président de l’Assemblée nationale a convoqué la Chambre en session extraordinaire pour la date du 06 avril 2011 ”. La même source indique que ladite session extraordinaire sera consacrée exclusivement à l’examen et l’adoption de trois textes. Le premier “ modifie et complète certaines dispositions de la loi no 92-010 du 17 septembre 1992 fixant les conditions d’élection et de suppléance à la présidence de la République ” ; le second “ complète et modifie la loi no 2006/011 du 29 décembre 2006 portant organisation et fonctionnement d’Elecam ” ; et enfin le troisième concerne le secteur de l’électricité.

Pressions multiples

Selon nos informateurs, ces textes ont été bouclés tard pour que le président de la République soit obligé de solliciter la tenue d une session extraordinaire qui va durer au plus 10 jours. D’après d’autres sources proches du dossier, il s’agit de textes qui consacrent une grosse révolution dans l’organisation des élections au Cameroun. On pourrait à la suite de son adoption déboucher sur un Code électoral unique. Cette session devra également permettre de toiletter pour la deuxième fois les textes d’Elecam. Des indiscrétions laissent croire qu’il élargirait le nombre des membres du Conseil électoral par exemple et permettra de mentionner dans la Loi que c’est Elecam qui organise les élections. Pendant que l’autre texte fixerait certaines dispositions pratiques pour la suppléance à la présidence de la République.

Les mêmes sources estiment que ce revirement soudain de Paul Biya est consécutif aux multiples pressions qu’il aurait subies venant de la communauté
internationale, notamment des Nations-Unies qui ont clairement indiqué par le biais du secrétaire général en charge des affaires politiques en visite
récemment à Yaoundé, qu’il faut revoir la structure des élections au Cameroun. Ce vœu aurait été réitéré par Bruno Gain et Robert P. Jackson, respectivement ambassadeurs de France et des Usa au Cameroun. Toutes ces pressions viennent à la suite de celles exercées sur le plan national non seulement par la société civile, mais surtout par les partis d’opposition avec en tête de file le Sdf qui menaçait du reste de ne pas participer à la prochaine présidentielle si Elecam dans sa forme actuelle était maintenue…Peut-on également penser que le projet de loi sur Elecam est le fruit de la rencontre entre Biya et Fru Ndi ? difficile de ne pas faire un lien quand on sait que le leader du Sdf au sortir de l’audience à lui accordée à Bamenda, avait révélé à la presse qu’il a suggéré la modification des textes fondateurs d’Elecam au chef de l’Etat.

© Le Messager : Rodrigue N. TONGUE