Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Campagne de sabotage: Les dessous de la manipulation dont l’ex-copine d’Eto’o fait l’objet


Ecrit Par le 15 Jun 2014 Publié dans la categorie: Actualités, Célébrités, Faits Divers, Société


KOAH Hélène Nathalie

KOAH Hélène Nathalie

A en croire ce que publient les médias et relaient les réseaux sociaux, depuis quelques semaines, Hélène Nathalie Koah, 27 ans, employée à l’Agence Camair-Co de Yaoundé, la dénonciatrice se fait passer pour être la victime d’un chantage et d’une menace de mort de la part de son ex-copain, qui n’est autre Samuel Eto’o Fils, la star mondiale et capitaine des Lions Indomptables qui prend part à la 20è édition de la phase finale de la Coupe du monde 2014 qu’abrite le Brésil. Une sortie scabreuse faite à la veille de l’arrivée au Cameroun des Lions Indomptables au Cameroun pour le match amical «d’aurevoir» contre la Moldavie. 

Une sortie qui cache mal une volonté de nuire. Sinon comment comprendre qu’une amante qui reconnait que sa vie a changé du fait de cette relation se soit permise de mettre sur la place publique les dessous de leur relation en s’offrant même le luxe de détailler leurs ébats sexuels? Preuve s’il en était besoin d’une conspiration qui a fini par prendre des proportions et des dérives que la concernée et ses commanditaires ne parviennent plus à maitriser. Surtout que l’effet boomerang à ce jour est en train de détruire à jamais celle qui avoue être ou avoir été une «dévergondée». Puisque ses aventures avec d’autres personnalités de la République et stars de la Jet set comme Fali Ipupa sont désormais mises sur la toile ainsi que des photos pornographiques où elle s’exhibe devant ses «clients». 

Curieusement, au lieu de relater les faits qui sous-tendent son déballage, et donner les raisons de cette rupture d’une relation amoureuse qu’elle dit unilatérale, ce qui n’a rien d’anormal, elle verse dans une volonté de dénigrement de son ex-copain en homme violent, tout en voulant susciter de la pitié nationale. «Je suis victime d’un long chantage qui s’étale sur plusieurs années. J’en ai marre… C’est vrai que je le connais depuis. J’ai décidé de m’exprimer aujourd’hui parce que je croyais qu’il allait changer. Je ne le sentais pas capable de mettre à exécution ses menaces», argue Hélène Nathalie Koah. Des explications vagues et contradictoires. Et comme il fallait s’y attendre, elle va dans une dénégation faite à un site internet qui a publié en début de semaine une interview d’elle, où elle affirme: «Non, je ne suis pas l’objet d’une manipulation. C’est une sorte d’appel au secours», pour faire l’aveu d’une cabale dont elle n’est qu’un instrument. La preuve, elle va jusqu’à avoir l’outrecuidance de faire des accusations gratuites à l’égard des magistrats qu’elle taxe d’impartiaux et à la solde de la toute puissance financière de Samuel Eto’o. «…un monsieur ne doit pas se permettre de faire tout et n’importe quoi sous prétexte qu’il a la justice sous ses pieds», sérine-t-elle. Et parce que des hommes en tenue aux magistrats, ils ont conseillé les parties à une conciliation à l’amiable. Quoi de plus normal. 

Depuis lors, les commanditaires et les journalistes à gages ont été recrutés pour cette campagne de sabotage, animent les débats et les réseaux sociaux avec des sorties les plus infâmes pour susciter une adhésion populaire. Un haut cadre de la Fécafoot a remis des sommes variant entre 150 000 Fcfa et 200 000 Fcfa à des journalistes venus de Yaoundé et Douala, dans un hôtel de la capitale économique en fin de semaine dernière, pour animer une campagne de sabotage contre Samuel Eto’o Fils. 

On comprend pourquoi certains se réjouissent même que la presse brésilienne en a fait l’écho de cette affaire de rupture cocasse entre Eto’o et son ex-copine. D’autres vont chercher d’autres sujets pour agrémenter la polémique, faisant porter à Eto’o le bonnet d’âne de la grève des joueurs, le scandale de la remise du drapeau national au sélectionneur expatrié, de son entrée à la main courante du stade Ahmadou Ahidjo lors du match Cameroun-Moldavie avec son véhicule et après le Premier ministre. Et désormais, la diffusion d’une photo équivoque sur les réseaux sociaux et qu’on dit que ce serait lui en bonne compagnie à l’Hôtel des Lions à Vitoria…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *