Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Condamnations internationales des arrestations en série au Mali

Reuters

Ecrit Par le 19 Apr 2012 Publié dans la categorie: Afrique, Mali


Des organisations internationales ont condamné mercredi les coups de filet menés par la junte au Mali qui a arrêté ces trois derniers jours plusieurs alliés politiques et militaires de l’ancien président malien Amadou Toumani Touré.

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a fait part de sa préoccupation face au “regain d’arrestations” et a demandé à la junte de “ne plus mener de nouvelles actions qui pourraient miner la restauration de l’ordre constitutionnel”.

L’Union africaine (UA) a elle aussi condamné ces arrestations.
Cette vague d’arrestation risque de compliquer les efforts pour parachever le processus de retour à un régime civil après le coup de force du capitaine Amadou Sanogo du 22 mars.
La junte militaire commandée par cet officier subalterne a officiellement remis ses pouvoirs à un président intérimaire civil mais elle continue de contrôler la capitale alors que les tractations en vue de former un gouvernement de transition se poursuivent.

Parmi les personnalités arrêtées figurent l’ancien Premier ministre Modibo Sidibé, l’ex-ministre de la Défense Sadio Gassama, l’ex-chef d’état-major du président Touré, le général Amadou Cissoko, ainsi que Bani Kante, un homme d’affaires qui conseillait “ATT” (Amadou Toumani Touré) sur les investissements libyens au Mali.

Le colonel Diamou Keita, chef de la gendarmerie, a précisé que onze civils et onze soldats ont été placés en détention et que des armes ont été trouvées chez certains d’entre eux. Il n’a pas donné plus de détails.

L’ex-président Touré se trouve lui-même dans son pays en un lieu tenu secret.

En théorie, le nouveau chef de l’Etat par intérim, Dioncounda Traoré, qui préside aussi l’Assemblée nationale, dispose de 40 jours pour organiser de nouvelles élections.

Mais ce délai paraît difficilement réalisable pour de nombreux observateurs compte tenu de l’insécurité régnant dans la moitié nord du pays tombé aux mains de rebelles touaregs et d’islamistes d’Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Adama Diarra, Benjamin Massot pour le service français

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current day month ye@r *