Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Daniel Ruben Um Nyobè, fils de Rubem Um Nyobè: «Le Combat de Um Nyobe est encore actuel»

AfricaPresse.com

Ecrit Par le 16 Sep 2016 Publié dans la categorie: Actualités, Opinions, Point de Vue, Société


Daniel Ruben Um Nyobè

Daniel Ruben Um Nyobè

Dans un entretien accordé au quotidien Le Jour il parle du combat de son père.
Daniel Ruben Um Nyobe est né en 1957, un an avant l’assassinat de son père Ruben Um Nyobe le 13 septembre 1958. Dans une interview au confrère du quotidien Le Jour numéro 2268, celui-ci revient sur son passé et l’histoire de ses parents dans le maquis.

Répondant à la question de savoir ce qu’il reste de l’héritage de son père, Ruben Um Nyobe, il déclare: «je suis très gêné parce que lorsqu’on parle de mon père on fait trop allusion à l’UPC. Il faut avouer qu’il n’avait pas été le premier Secrétaire Général de ce parti crée le 10 avril 1948. C’est le discours qu’il a tenu à la tribune des Nations unies qui l’a rendu célèbre. Dans ce discours il n’avait pas parlé comme militant de l’UPC. Il avait parlé pour le compte des étudiants. Bref de toutes les catégories sociales».

«Il faut dire qu’avant ce discours, il n’était pas possible d’affronter un colon. Mais après, les gens ont compris qu’un noir pouvait parler de l’indépendance et de la démocratie, et les mentalités avaient commencé à changer. Son discours prononcé à l’ONU a galvanisé plusieurs Africains qui ont pris le courage d’aller réclamer l’indépendance aux colons. Le combat de Ruben Um Nyobe est encore actuel de nos jours. Ce combat visait à relever le standard de l’homme noir qui à cette époque-là n’était réduit à rien. Il a montré que les Africains pouvaient dire non au colon sur le traitement qu’on leur infligeait. Son discours est toujours actuel lorsqu’on voit tout ce qui se passe aujourd’hui au nord du pays avec la nébuleuse Boko Haram».

Sur le regard qu’il porte aujourd’hui sur l’UPC, Daniel Ruben Um Nyobe dit être partagé entre la tristesse et la joie. «La joie parce que l’UPC a été le premier parti politique de l’histoire. C’est le parti historique, témoin de ces grands moments. Je suis triste parce que le parti n’occupe pas le rang qui est le sien dans notre pays. J’y suis aussi pour quelque chose. Nous sommes tous responsables de la position que notre parti occupe actuellement. Les uns et les autres ont privilégié les batailles nombrilistes qui n’ont rien à voir avec le fonctionnement d’un parti comme le nôtre».

Auteur:

Liliane J. NDANGUE

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *