Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Destruction des mausolées de Tombouctou: neuf ans de prison pour al-Mahdi

AfricaPresse.com

Ecrit Par le 27 Sep 2016 Publié dans la categorie: Afrique, Mali


Al Faqi Al Mahdi

Al Faqi Al Mahdi

Le verdict est tombé ce mardi 27 septembre dans le procès d’Ahmed al-Faqi al-Mahdi devant la Cour pénale internationale. Ce Touareg malien a été reconnu coupable de la destruction de mausolées et d’une mosquée de Tombouctou en 2012, alors que la ville était aux mains d’Ansar Dine et d’al-Qaïda au Maghreb islamique. Il a été condamné à neuf ans de prison, une peine que la chambre considère comme un juste équilibre entre la gravité du crime et les circonstances atténuantes retenues.

Ahmed al-Faqi al-Mahdi a été condamné pour un crime grave puisque, comme l’a rappelé le juge de la CPI, les bâtiments n’étaient pas des objectifs militaires et ont été détruits pour leur dimension religieuse. Qui plus est, les mausolées et la porte de la mosquée étaient classés au patrimoine mondial, leur destruction est donc dommageable pour les Tombouctiens mais au-delà, pour les Maliens et l’ensemble de l’humanité. La peine de neuf ans est conforme à l’accord passé entre l’accusation et la défense. Aucune partie ne va donc interjeter appel.

La Cour a condamné al-Mahdi pour le rôle essentiel qu’il a joué. En lien direct avec les leaders terroristes, il a planifié, exécuté, directement participé et justifié ces destructions. En revanche, cinq circonstances atténuantes ont été retenues : son aveu de culpabilité, qui peut favoriser la réconciliation au Mali selon la Cour ; sa coopération avec l’accusation ; ses remords exprimés en début de procès lorsqu’il avait présenté ses excuses et lancé un appel à ne pas se livrer aux mêmes actes que lui et en offrant de rembourser le coût d’une porte détruite sur le site de la mosquée Sidi Yahia ; sa réticence initiale à détruire les mausolées lorsqu’il avait été consulté par Abou Zeid ; et dans une moindre mesure, sa bonne conduite en détention.

Premier procès sur les biens culturels

Ce procès était inédit à la CPI pour plusieurs raisons. C’était en effet la première fois qu’un accusé plaidait coupable et c’était aussi le premier procès sur la destruction de biens culturels. Durant toute la procédure, l’accusation a souligné la valeur d’exemplarité qu’aurait le jugement, alors que de nombreux sites classés sont régulièrement détruits, notamment en Irak et en Syrie.

Première réaction après cette condamnation, celle de l’ONG Human Rights Watch. Pour l’organisation, la CPI a envoyé un « signal clair » pour montrer que le fait de s’attaquer au patrimoine historique de l’humanité ne restera pas impuni. Mais comme plusieurs ONG maliennes et internationales, elle demande des poursuites contre les auteurs de crimes de sang pendant l’occupation du nord du Mali.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *