Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Dioncounda Traoré prend l’intérim d’un Mali coupé en deux

Reuters

Ecrit Par le 12 Apr 2012 Publié dans la categorie: Actualités, Afrique, Mali


Dioncounda Traoré a prêté serment jeudi pour un intérim à la présidence du Mali avec la tâche quasi impossible d’organiser une élection présidentielle dans un pays coupé en deux depuis la proclamation de l’indépendance du Nord.

Président de l’Assemblée nationale, il hérite d’un pouvoir dont se sont emparés les putschistes du 22 mars, qui justifiaient leur coup d’Etat par l’incurie des autorités face à la rébellion touarègue dans le nord mais n’ont fait qu’accélérer la progression des insurgés.
Vingt jours après le putsch, les touaregs du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) et des milices islamistes, dont Ansar Dine, ont pris les villes de Gao, Kidal et Tombouctou et contrôlent les trois quarts du territoire malien.

Si de nombreux Maliens voient en Dioncounda Traoré, 70 ans, une incarnation des élites qui ont été incapables de maintenir l’ordre dans le Nord, ses partisans affirment, eux, qu’il est l’homme de la situation.

“C’est un homme d’un grand courage, d’un grand calme, tout ce dont le pays a besoin maintenant”, assure Tiebilé Dramé, qui l’a côtoyé dans une cellule de prison dans les années 1980, lorsque tous deux avaient été incarcérés sous la dictature de Moussa Traoré.

Mathématicien de formation, passé par l’Union soviétique, l’Algérie et la France, Dioncounda Traoré était à l’époque un militant syndical et fut l’un des animateurs de la génération du “printemps africain”, au début des années 1990.

Au Mali, ce mouvement a entraîné la chute du régime de Moussa Traoré, en 1991.

Dans les années qui suivent, Dioncounda Traoré est une figure de la vie politique malienne et participe à la formation de l’ADEMA, l’Alliance pour la démocratie au Mali qui regroupe d’anciens opposants à la dictature.

Il occupe à plusieurs reprises des fonctions ministérielles, notamment à la Défense et aux Affaires étrangères, sous la présidence d’Alpha Oumar Konaré.

“TOUT EST POSSIBLE”
Au début de l’année, tandis que les rebelles touaregs profitent du retour en nombre d’anciens mercenaires ayant servi en Libye le régime de Mouammar Kadhafi, Dioncounda Traoré met en garde contre les risques de coup d’Etat, même si une élection présidentielle est programmée le 29 avril.

“Tout est possible, même un coup d’Etat militaire”, prévient-il le 16 février lors d’une conférence de presse. “Si les élections n’ont pas lieu à la date prévue, tout pourra se passer, tout”, insiste celui qui figure alors parmi les favoris du scrutin.

Le putsch a eu lieu avant l’élection, et Traoré se retrouve aujourd’hui à la tête d’une administration de transition. L’ironie du sort ne lui aura certainement pas échappé.

Aux termes de l’accord négocié avec les putschistes du capitaine Amadou Sanogo, Dioncounda Traoré doit organiser une élection présidentielle dans un délai de 40 jours. La mission semble impossible.

Dioncounda Traoré

Certains doutent même de la capacité de Traoré de faire face à la crise dans le nord.

“Lorsqu’il était président de l’Assemblée nationale, il n’a jamais eu le courage de dire au peuple la vérité sur ce qui se passait dans le Nord”, dit Mariam Sacko, vendeuse de rue à Bamako.

Pour Aziz Ould Mohamed, qui habite aussi Bamako, sa proximité avec le gouvernement déchu d’Amadou Toumani Touré est aussi un handicap. “Dioncounda, dit-il, est président par accident.”

Avec Bate Felix, Henri-Pierre André pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current day month ye@r *