Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Diplomatie: Célestine Ketcha Courtès prend les rênes du Réseau des Femmes Elues Locales d’Afrique (REFELA)

AfricaPresse.com

Ecrit Par le 2 Dec 2015 Publié dans la categorie: Actualités, Société


Celestine-Ketcha-Courtes
Célestine Ketcha Courtès est la nouvelle présidente du Réseau des Femmes Elues Locales d’Afrique (REFELA). Elle a été portée à ce prestigieux poste à l’issue de l’Assemblée Générale élective de l’organisation, qui se tenait en marge du 7ème Sommet Africités à Johannesburg en Afrique du Sud, apprend-on dans les colonnes de Cameroon Tribune, le quotidien gouvernemental, en kiosque mercredi 02 décembre 2015. La camerounaise a été installée le 1er décembre toujours à Johannesburg à la tête du REFELA, qui est le pendant féminin de Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLUA) qui organise ce sommet.

Célestine Ketcha Courtès aura donc la lourde tâche de conduire le Réseau des femmes élues locales d’Afrique qui réunit toutes les femmes exerçant une fonction élective au sein des collectivités locales. Tâche qui s’annonce ardue, à en croire Cameroon Tribune, compte tenu de ce que cette structure, si elle est bien ancrée en Afrique du Nord, en Afrique Centrale et dans une certaine mesure en Afrique de l’Est, doit mieux se faire connaître du côté de l’Afrique de l’Ouest et en Afrique Australe.

Le journal indique également que Célestine Ketcha Courtès, qui a bénéficié de la quasi-unanimité des différentes sous-régions pour se faire élire à la tête de cette organisation s’est engagée à œuvrer dans ce sens. Une ambition dont ne doutent d’ailleurs pas ses consœurs, au regard de ce qui a été fait au niveau de la sous-région Afrique Centrale dont elle présidait aux destinées avant son élection de dimanche dernier. Elle est ainsi parvenue à faire créer des structures pays au Tchad, au Gabon, en République Démocratique du Congo et dans une certaine mesure en République Centrafricaine. Toutes les autres membres de son équipe se sont d’ailleurs engagées à l’accompagner dans cette tâche.

C’est donc très émue que la nouvelle présidente a pris ses nouvelles fonctions au milieu des youyous des autres femmes. Elle a rendu un vibrant hommage à son prédécesseur, la Mauritanienne Fatimatou Mint Abdel Malick, en promettant de continuer à œuvrer pour le succès des femmes élues locales du continent. Hommage également au Président de la République du Cameroun pour tout le soutien apporté à la femme camerounaise et à la première dame Mme Chantal Biya, rapporte Cameroon Tribune.

Née le 13 Octobre 1964 à Maroua, au Nord Cameroun, Madame Ketcha Courtès est titulaire d’un Baccalauréat A4, mention bien, d’un brevet de technicien supérieur option techniques commerciales et d’un diplôme d’études supérieurs de commerce et d’économie, Célestine Ketcha fut dans un premier temps cadre commercial et marketing à la CIMENCAM, avant de se consacrer entièrement dans les affaires jusqu’à ce jour.

Propulsée à la tête de l’exécutif de Bangangté en 2007, elle a plusieurs cordes à son arc: Vice-présidente de l’AEMF (Association pour l’Entraide Municipal et le Développement), Maire de la Commune de Bangangté, Secrétaire général du réseau des femmes maires du Cameroun, ex-Présidente de la Panthère sportive du Ndé, Ambassadrice de l’Afrique francophone dans les groupes de travail de l’union européenne portant «dialogue structure» sur l’aide, Vice-présidente du réseau des femmes élues locales d’Afrique (REFELA) représentant l’Afrique Centrale, Présidente Nationale du REFELA-Cam (Réseau des Femmes Elues Locales d’Afrique du Cameroun).

Célestine Ketcha Courtès est également Reine mère Bangangté et Bangoulap depuis 1997. Elle a déjà reçu plusieurs distinctions honorifiques: Chevalier de l’ordre national du mérite sportif (seule femme avec Françoise Mbango a l’avoir reçu au Cameroun), Chevalier de l’ordre national de la valeur.

Onana N. Aaron

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *