Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Enfermé à Korhogo : Gbagbo fait trembler le régime Ouattara

AfricaPresse.com

Ecrit Par le 18 Aug 2011 Publié dans la categorie: Actualités, Afrique, Cote d'Ivoire


Quatre mois après sa prise du pouvoir, le nouveau régime continue de vivre dans la hantise du président Laurent Gbagbo pourtant privé de ses droits les plus élémentaires à Korhogo où il est placé en résidence surveillée. Le ministre des Droits de l’Homme, Coulibaly Gnenema, ne cache pas son appréhension.

Le ministre des Droits de l’Homme, Coulibaly Gnenema (photo), a fait des aveux de taille lundi sur les motivations de l’assignation à résidence du Président Laurent Gbagbo, après son arrestation le 11 avril. Interrogé sur Onuci Fm au sujet de la polémique qui enfle sur les conditions de détention de l’ancien président de la République, le membre du gouvernement a laissé entendre qu’il n’y a aucun texte légal qui permet au prisonnier politique de revendiquer des conditions de détention meilleures.

D’ailleurs, a-t-il expliqué, la mesure d’assignation à résidence est une mesure purement politique dont seul peut user le chef de l’exécutif, en l’occurrence Alassane Ouattara. Pour maintenir dans les liens de la détention, dans des conditions qui échappent au code de procédure pénale, toute personne qu’il juge dangereuse pour sa personne. S’il est donc en résidence surveillée à Korhogo, dans le nord du pays et confié spécialement à l’ex-com’zone de la ville, Fofié Kouakou sous sanction onusienne, c’est donc parce que le président Laurent Gbagbo est jugé «dangereux» par Alassane Ouattara et son camp.

Cette sortie du ministre Gnenema Coulibaly montre combien les nouveaux dirigeants ont peur du président Laurent Gbagbo. Même en résidence surveillée, sous leur autorité, il continue de troubler le sommeil d’Alassane Ouattara et les siens. Un manque de sérénité qui s’explique difficilement. Il y a quatre mois en effet qu’Alassane Ouattara a accédé au pouvoir. Il jouit de plus du soutien inconditionnel de la France de Nicolas Sarkozy, son ami, et son prédécesseur est en détention à Korhogo. Dans des conditions inhumaines dénoncées par ses avocats, les organisations des droits de l’homme et la division droits de l’homme de l’Onuci. On se demande donc en quoi il peut représenter le grave danger que le régime appréhende, au point de le couper de tout contact avec l’extérieur, y compris sa famille et ses avocats.

Droit de vie et de mort sur les détenus

«La loi qui permet l’assignation à résidence est un décret. Cela dépend donc de l’appréciation de celui qui décrète. Selon la loi normative de notre constitution, seul le président de la République signe les décrets. Donc il revient au président de la République d’apprécier si vous êtes dangereux pour lui, le garant de l’ordre social ou garant du développement économique. Si vous êtes dangereux pour lui, il déclare que vous êtes assigné à résidence», soutient le ministre Coulibaly Gnenema, qui n’a de cesse de peindre en noir le président Gbagbo, son épouse et ses proches déportés dans le nord du pays.

«Il n’y a aucun critère qui permet de parler d’arbitraire, continue le ministre Gnenema.Cela dépend de la dangerosité ou du caractère préjudiciable de la personne (visée). Les conditions dans lesquelles les personnes sont assignées à résidence justifient qu’elles sont en isolement. Parce que si vous inscrivez dans le sens de mettre à mal la cohésion sociale, de favoriser la guerre, on se dit qu’avec des visites, vous avez les moyens de continuer la nuisance. Si vous êtes isolé, vous êtes moins dangereux. Donc c’est la dangerosité ou le caractère préjudiciable des actions que posent la personne assignée à résidence qui détermine les commodités ou les facilités que l’on peut accorder à ces personnes. C’est la dangerosité initiale qui justifie l’assignation à résidence».

A ses dires, le décret du 9 février 1963, qui porte application de la loi du 17 janvier 1963, ne fixe pas les conditions de détention des personnes assignées à résidence. «Il y a un flou sur la question», relève Coulibaly Gnenema qui reconnait implicitement que les conditions de détention du président Gbagbo importent peu pour le régime Ouattara. Au demeurant, le ministre des droits de l’homme qui n’arrive pas à se départir de son manteau de militant du Rdr dirige les regards vers le ministère de l’Intérieur, dont la mesure d’assignation à résidence est une des prérogatives.

Focal. Le Figaro dénonce les conditions de détention de Gbagbo

«Côte d’Ivoire : Gbagbo isolé dans un vide juridique» : c’est le titre d’un article du quotidien Le Figaro, principal soutien dans la presse de Nicolas Sarkozy et de son parti, l’UMP. Le journal remarque que «un peu plus de quatre mois après son arrestation, aucune procédure n’a encore été ouverte contre l’ancien président ivoirien».

Le Figaro donne la parole à Me Emmanuel Altit, un des avocats du chef de l’Etat renversé. A l’écouter, rapporte le journal, «les conditions de détention de Laurent Gbagbo, détenu à Korhogo, dans le Nord, en font une sorte de masque de fer africain». «Il est enfermé dans une chambre close, à peine éclairée, et ne sort que pour prendre ses repas en compagnie de son médecin, lui aussi incarcéré», confie au Figaro Me Altit. Quand Me Joseph Kokou Koffigoh, qui a rencontré Gbagbo, contrairement à Altit, à qui il a été opposé «une fin de non-recevoir», confirme : «Pour recevoir le représentant de l’ONU ou les anciens, on l’a transféré dans une résidence présidentielle de Korhogo. Mais le reste du temps, il est enfermé ailleurs.»

Le Figaro, qui considère que le recours à la Cour pénale internationale (CPI) est une arme à double tranchant qui pourrait se retourner contre le pouvoir ivoirien, fait une analyse assez intéressante, qui accrédite la thèse selon laquelle Gbagbo, même emprisonné, fait trembler son principal adversaire, qui jouit pourtant du bouclier de la «communauté internationale» prooccidentale: «L’impasse du cas Gbagbo est aussi politique. Le gouvernement d’Abidjan redouterait, selon les observateurs, qu’un procès fournisse une tribune à Gbagbo, redoutable orateur, et qui compte encore de nombreux partisans dans le pays. Et à l’extérieur, plusieurs chefs d’État de la région ont fait savoir à leur homologue ivoirien qu’ils ne souhaitaient pas voir juger un ex-président, précédent fâcheux aux yeux de nombre d’entre eux.»