Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

FRANCE- CAMEROUN: MANU DIBANGO ET LE SOUL MAKOSSA GANG ALLUMENT LE PAVILLON DAUPHINE (TEXTE ET VIDÉOS)

Ecrit Par le 25 May 2012
Publié dans la categorie: Actualités, Culture, Musique, Société

Le célèbre saxophoniste était l’invité de la fête nationale du Cameroun ce Dimanche 20 Mai 2012 au Pavillon Dauphine à Paris, son orchestre a tenu ses promesses.Qui sont ces musiciens qui accompagnent ce monument de la culture mondiale dont beaucoup mènent des carrières en solo ? CONTI BILONG LE BATTEUR Conti Bilong est né à Nkongsamba, au Cameroun. Passionné de batterie dès son plus jeune âge, il commence à se produire dans les clubs de Douala aux côtés de Ndedi Eyango et d’artistes de renom de la scène africaine. En 1990, il part en tournée aux USA avec Sam Fan Thomas.

A son retour, il décide d’enrichir son répertoire de sonorités plus internationales : jazz, rock, musique afro cubaine, salsa… Deux ans plus tard, il se dote de matériel de studio et devient compositeur et arrangeur. Il se consacre alors à la réalisation de nombreux albums d’artistes camerounais, tels que Dina Bell, Ngallè Jojo, Nkotto Bass, Joe Mboullè… En 2000, il s’installe en France et poursuit sa carrière auprès de Manu Dibango, qu’il accompagne en tant que batteur lors de nombreuses tournées internationales. Parallèlement, il joue sur des musiques de films comme “Kirikou et les bêtes sauvages”. Il fréquente également les clubs de jazz parisiens comme le Baiser Salé et le Caveau des Oubliettes, où il accompagne différents groupes. En 2005, il est temps pour lui de réaliser son premier album, Africa World, aux sonorités world jazz sur fond de musique africaine et auquel participent des musiciens de renom, tels que Etienne Mbappe, Guy Nsangue et Julien Agazar. En mars 2009, Conti Bilong sort son deuxième album, Bana, avec Manu Dibango en guest star. Conti y réaffirme une identité musicale multiple et dédie l’album aux enfants du monde (myspace).

ANDRÉ-MARIE TALLA EN INVITÉ VEDETTE

Le célèbre chanteur qu’on n’a plus besoin de présenter est venu faire un petit coucou à son ami il joue ici quelques notes de guitare pour le régal du public car l’auteur de « je vais à Yaoundé » est en pleine forme, le public camerounais a encore en souvenir sa prestation du 20 Mai 2011 au Pavillon Royal.

VALERIE EKOUMÈ ET CELINE CHEYNUT AUX CHŒURS

Les deux choristes de Manu Dibango rivalisent avec la suavité de leurs voix et leurs formes aussi envoûtantes l’une que pour l’autre entre les deux, c’est difficile de choisir qui est ma préférée je vous laisse faire votre choix en vos âmes et consciences.

PATRICK MARIE-MAGDELAINE À LA GUITARE

Guyanais né en France, Patrick Marie-Magdelaine – Panama pour les intimes – a collaboré avec de nombreux musiciens sur la scène européenne et africaine.

Du côté de l’Afrique, Patrick a accompagné Papa Wemba durant douze ans, et ainsi joué en première partie de la tournée mondiale de Peter Gabriel. On l’a également vu aux côtés du chanteur ougandais Geoffrey Oryema, et il était aussi présent à la cérémonie de passation du pouvoir entre Nelson Mandela et Thabo Mbeki en Afrique du Sud.

Compositeur doué d’une remarquable sensibilité, instrumentiste recherché, le jazz l’a emmené aux quatre coins de la planète, dans les lieux les plus prestigieux, du Blue Note de Tokyo au Madison Square Garden à New York, en passant par l’Earl’s Court de Londres et bien entendu dans les salles parisiennes de Bercy, de la Cigale ou du New Morning. Côté musique, il a en particulier collaboré durant plusieurs années avec la saxophoniste et chanteuse suédoise Sofi Hellborg (le bananier bleu).

RAYMOND DOUMBÈ À LA BASS

Ce bassiste camerounais affiche une passion pour le jazz et la musique sud-africaine.Formé à vingt ans au sein de l’American School of Music de Paris, Raymond Doumbe apprend les subtilités de la basse auprès de Jo Tango, un autre camerounais, puis débute dans de petits groupes de rock. Il croise la route de Pierre Vassiliu lors d’un show Télévisé et tourne bientôt avec Salif Keïta, Mory Kanté et les Américains de Paris Liz Mc Comb, Linda Hopkins et surtout le pianiste Bobby Few, son mentor.

Oscillant entre blues, jazz et musiques africaines, Raymond Doumbé affiche une véritable passion pour l’Afrique du Sud. « J’ai beaucoup travaillé avec Hugh Masekela et j’ai enregistré l’album “Homeland” de Myriam Makeba ». Écoutant beaucoup de jazz pour travailler les accords, les harmonies, Raymond Doumbé n’est pas un fan des solos : « Je préfère bien me placer dans ce que je joue, bien groover, avoir un gros son, donner des couleurs et des phrasés ». Sa basse préférée ? La jazz Fender (Afrisson) .

GUY NWOGANG AUX PERCUSSIONS

Né le 20 Juin 1978 à Kumba au Cameroun, Guy Nwogang s’est installé en France en 2000. Il est notre vésulien d’adoption. Pour son sixième Noël, notre bon saint Nicolas camerounais (en l’occurrence sa mère) lui offrit une guitare (nwogang.com).

JON HANDELSMAN AU SAXOPHONE ET JULIEN AGAZAR AUX CLAVIERS

Jon est né à New York City, a grandi en Angleterre, et vit en France depuis 1982. Il est le directeur et compositeur de l’Orchestre de la Lune. Après avoir fini ses études de composition et d’arrangement au Berklee College of Music de Boston, USA, Jon est tombé amoureux de Paris, et a rejoint les milieux d’avant-garde de la capitale, jouant avec d’autres musiciens Américains, comme Bobby Few, Frank Wright, et Alan Silva. Il a aussi accompagné Annette Lowman, Joe Lee Wilson et a joué dans le grand orchestre de Onzie Williams, avec Johnny Griffin. Il a écrit les arrangement de cuivres et a joué avec Arthur H., Jacques Higelin, Manu Dibango, et a participé à la création du Cabaret Sauvage avec le Bachibouzouk Band. Plus récemment, il a joué en trio avec Steve Nieve à la Knitting Factory de NY, s’est produit en trio avec le batteur Jean-Claude Montredon au Festival de Martinique, a rejoint Arthur H. pour son dernier disque, “Pour Madame X.”, et écrit les arrangements de cordes et de cuivres pour le disque du nouveau groupe de la tendance “French Touch”, Riley (orchestredelalune).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>