Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Fusillade d’un étudiant à Mbalmayo: Un policier entendu par ses confrères


Ecrit Par le 11 May 2012 Publié dans la categorie: Actualités, Société


En service au commissariat de sécurité public de Mbalmayo, M. Bekolo a certes échappé aux populations, mais pas aux filets ses collègues de la police. Après avoir fussillé Maurice Moudja, étudiant à l’Université de Yaoundé II à Soa jeudi dernier, il a été entendu mercredi dernier à la Délégation générale à la Sûreté nationale. Ici, une enquête admnistrative a été ouverte, indique une source policière. Le même jour, il a été entendu à la Délégation régionale à la Police judiciaire du Centre (Drpjc) où une enquête judiciaire a également été ouverte. La même source indique que l’inspecteur de police de 2ème serait gardé à vue à la Drpjc.

L’on apprend tout de même que les populations, très en colère ce jeudi «noir» au quartier «Dépôt» à Mbalmayo, avaient mis le feu à la maison de M. Bekolo. «Après la scène pathétique, l’inspecteur de police a passé un coup de fil à sa femme, lui demandant de partir de la maison avec les enfants. C’est à cause de ce reflexe que les membres de sa famille sont encore en vie. Néanmoins, toute la maison est allée dans les flammes», explique une source proche M. Bekolo.

Jeudi 3 mai dernier, Maurice Moudja 28 ans, étudiant en sciences économiques à l’Université Yaoundé II à Soa, a été abattu par l’inspecteur de police de deuxième grade. La scène tragique s’est déroulée aux environs de 19 h, lorsque le jeune étudiant a refusé de se coucher comme l’exigeait les deux policiers à bord d’une patrouille de la police. Après avoir commis son forfait, le meurtrier a transporté la dépouille de la victime à bord du véhicule de patrouille de la police pour la morgue de l’hôpital de district de Mbalmayo. Le corps a été retiré de force dans cette morgue par les amis du défunt, et transporté devant le commissariat de sécurité publique de Mbalmayo. Il a fallu que les éléments du Groupement mobil d’intervention (Gmi) partent de Yaoundé vers de 22 heures, pour dissuader les manifestants. Ces derniers n’ont pas pu être maîtrisés par les éléments couplés de la police et de la gendarmerie en service dans la ville.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>