Hébergement Web Mutualisé - Wise Host

Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Gabon: une mission de la CPI envoyée au Gabon d’ici la fin du mois de juin


Ecrit Par le 16 Jun 2017 Publié dans la categorie: A La Une, Afrique, Gabon


Le siège de la Cour pénale internationale à La Haye, aux Pays-Bas. © Wikipedia

Le siège de la Cour pénale internationale à La Haye, aux Pays-Bas.
© Wikipedia

La Cour pénale internationale enverra une mission au Gabon du 20 au 22 juin. Des membres du bureau du procureur se rendront dans le pays. Ce déplacement fait suite au dépôt d’un dossier le 21 septembre dernier par les autorités gabonaises, dans lequel elles accusent notamment Jean Ping et ses partisans d’incitation au génocide ou encore de crimes contre l’humanité, avant pendant et après la dernière présidentielle. Le 15 décembre, l’opposant avait contre-attaqué en déposant à son tour un dossier. Après plusieurs mois d’examens, la CPI décide donc de se rendre sur place.

La procédure ne fait que commencer. Jusqu’à présent, le bureau du procureur de la CPI a examiné les dossiers des deux camps. Il a rencontré à La Haye des représentants de la société civile comme le collectif ROLBG [Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon], des avocats de Jean Ping, et pour le pouvoir, des délégués de l’ambassade du Gabon à Bruxelles qui sert d’intermédiaire. La CPI a aussi reçu une quinzaine de communications, des éléments pouvant s’ajouter au dossier, fournis le plus souvent par des citoyens gabonais.

Cette fois, la Cour va dépêcher trois analystes sur le terrain. Ils sont en charge des examens préliminaires, car pour l’instant la Cour n’a pas ouvert d’enquête. « Le but est de se faire une meilleure idée de la situation et d’établir des contacts », explique une bonne source.

Simple étape

Dans leurs dossiers, pouvoir et opposition ont chacun fait des allégations. Beaucoup de faits, de chiffres, sont différents, voire contradictoires. « Les analystes demanderont sur quoi ces accusations sont basées, comment chacun a enquêté, quelles sont les preuves », explique un expert, ajoutant que « jusqu’à présent, tout le monde collabore ».

La CPI a demandé des rendez-vous aux ministères de l’Intérieur, de la Défense, des Affaires étrangères, de la Justice. Elle devrait aussi rencontrer la société civile, l’ONU et l’UE. Rien ne dit qu’ensuite, une enquête sera ouverte. « C’est une simple étape. Parfois, plusieurs missions sont nécessaires. Mais les contacts établis apportent souvent des informations supplémentaires », explique un membre de la Cour.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *