Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Golfe de Guinée: Pourquoi il fallait un sommet


Ecrit Par le 24 Jun 2013 Publié dans la categorie: A La Une, Actualités, Politique


golfe-de-guinee

 

Ce lundi s’ouvre à Yaoundé, capitale du Cameroun, le tout premier sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté Economique des États de l’Afrique Centrale de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest et de la Commission du Golfe de Guinée sur la sûreté et la sécurité maritimes dans le golfe de Guinée. Avant de dire toute l’importance et l’espoir que porte ce sommet, il me semble essentielle de préciser les contours du golfe de Guinée, d’explorer ses richesses et d’envisager le rôle de moteur économique qu’il est appelé à jouer dans le développement des pays qui s’en réclament. Le golfe de Guinée, je reprends-là des spécialistes, est cet espace maritime situé à l’ouest de notre continent, qui inclut des Rays bordés par l’océan atlantique. Ces Etats, tous d’anciennes colonies, ont en commun la misère des masses populaires, le chômage tentaculaire d’une jeunesse qui constitue le gros de sa population, sont: le Ghana, le Bénin, le Nigeria, le Cameroun, la Guinée Equatoriale, le Gabon, Sao Tomé et Principe, le Congo-Brazzaville et l’Angola. Or, le golfe de Guinée est à ces pays ce que le Nil est à l’Égypte: une opportunité de progrès économique et de bien-être social.

Énorme potentiel énergétique, le golfe de Guinée représente près de 50% de la production pétrolière du continent, soit 10% de la production mondiale. Les statistiques, somme toute fiable, estiment ses réserves à 24 milliards de barils. Autres richesses impressionnantes, au milieu de tant d’autres, son gros potentiel halieutique: 1.055 000 tonnes de réserve de poisson. Quand on connaît le prix de cette denrée dans nos marchés, il y a de quoi saliver. Mais, l’exploitation sereine de ces richesses se heurte aux incursions de bandes armées attirées par les rançons issues de la prise d’otage, le pillage des biens, faisant ainsi du golfe de Guinée, un no man’s land ou à tout le moins, un territoire où l’insécurité est au superlatif. À moins de considérer cette partie comme perdue pour de bon et ses richesses maudites, il fallait sonner la riposte. Pas chacun dans son coin, mais suivant la bonne et vielle sagesse qui de tout temps, a toujours appris que «l’union fait la force». Les chefs d’Etat et de gouvernement sont présents à Yaoundé pour harmoniser et intégrer leurs positions respectives, en vue de débarrasser le golfe de Guinée de ses pirates et d’y maintenir la plus ferme des sécurités.

De leur côté, les populations, en plus d’encourager leurs chefs d’Etat, n’ont qu’un seul vœu: que l’assainissement du golfe de Guinée et l’exploitation de ses ressources se traduisent par une nette amélioration de leur niveau de vie. Le cas contraire serait franchement révoltant. Les peuples d’Afrique n’ont que trop souffert de la vampirisation des richesses de leur sous-sol, au profit d’une clique dirigeante et de leurs mentors occidentaux.

Enfin et comme la politesse l’exige, il faut rendre à tout seigneur tout honneur. C’est à Paul Biya, dont la maturité politique et le charisme international s’en trouvent confortés, que le Cameroun doit d’abriter ce sommet dont l’importance à la lumière des explications ci-dessus se passe de débat. Pays stable, démocratique, sécurité maximale à ses côtes avec l’un des plus faibles pourcentages d’attaques de pirate, le Cameroun de Paul Biya réunit tous les atouts d’être dignes de l’organisation d’un tel sommet. Les chefs d’Etat sont à Yaoundé, des experts américains et français aussi, question de mettre ensemble leurs volontés pour aboutir à des conclusions porteuses de développement.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *