Hébergement Web Mutualisé - Wise Host

Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Inde: des commerçants tentent de contourner la nouvelle législation sur l’alcool


Ecrit Par le 19 Apr 2017 Publié dans la categorie: Monde, Société


2017-04-17t105100z_655102592_rc1771ff64f0_rtrmadp_3_india-weather_0 Près de 6800 personnes ont été tuées en 2015 à cause de l’alcool sur les routes indiennes.REUTERS/Adnan Abidi

En Inde, à la fin du mois dernier, la Cour suprême décidait de frapper un grand coup en interdisant la vente d’alcool à moins de 500 mètres des autoroutes. Car l’Inde est le pays où les routes sont les plus meurtrières dans le monde, avec pas moins de 150 000 morts au volant en 2015. Mais en trois semaines, les commerçants indiens ont tenté par tous les moyens de contourner cette loi qui plombe leurs revenus.

L’Inde est décidément la nation de la débrouille (« jugaad » en langue hindi). Certains commerçants situés à proximité des autoroutes ont mis en place des petits circuits tout en virages pour que la distance effectivement parcourue par un véhicule dépasse les 500 mètres réglementaires, et que le Beer Café puisse continuer à vendre de la bière.

Les Etats eux-mêmes se sont organisés : le Mahrashtra, le Rajasthan ou le Pendjab ont tout simplement changé le statut juridique de leurs autoroutes, qui par la magie d’un panneau changé sont devenus autant de voies expresses urbaines ou de routes départementales.

Car le manque à gagner est énorme pour les milliers de bars, hôtels ou restaurants qui se concentrent autour des autoroutes indiennes, et pour les Etats qui récupèrent en taxes l’équivalent d’un peu moins de 15 milliards d’euros par an.

Pour autant, près de 6 800 personnes ont été tuées en 2015 à cause de l’alcool sur les routes indiennes. Et si le gouvernement central réfléchit à d’autres pistes – fortes amendes et peines de prison pour les conducteurs en état d’ivresse – il a aussi prévenu les Etats qui seraient tentés de jouer au plus malin en changeant le statut de leurs autoroutes que s’ils le faisaient, ils ne recevraient pas les financements fédéraux destinés à l’entretien des chaussées.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *