Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Jean-Pierre Biyiti bi Essam, ministre des Postes et Télécommunications: «Viettel promet de faire baisser les prix»

Cameroon Tribune

Ecrit Par le 24 Dec 2012 Publié dans la categorie: Actualités, Economie, Interview, Société


Est-ce que vous êtes un ministre soulagé aujourd’hui?

Je dirais plutôt que j’ai la satisfaction du devoir accompli par l’équipe interministérielle qui s’est investie dans les travaux du Comité de pilotage de l’ouverture du marché de la téléphonie mobile que j’ai eu à co-présider avec mon collègue, le ministre des Finances. Pour des raisons qui sont connues le chef de l’Etat a décidé d’ouvrir davantage le segment de marché de la téléphonie mobile jusqu’ici dominé par un duopole. Cette ouverture est inscrite en bonne place sur la feuille de route 2012 du gouvernement. Nous avons, le ministre des Finances et moi, sous l’autorité du Premier ministre, chef du gouvernement, conduit ce chantier, avec le accours du Cabinet américain Maas Telecom Corp. Et voici qu’à la veille de Noel, il vient de naître, le 3e opérateur de téléphonie mobile. Viettel Cameroon est son nom.

L’attribution de cette troisième licence était-elle un défi personnel pour vous?

Je voudrais une fois de plus souligner le travail d’équipe. C’est une équipe qui a mené ce chantier à son terme, dans les délais prescrits. Ce n’est pas à proprement parler une affaire ou un défi personnel qu’il fallait relever. Tout seul, je ne serais arrivé à aucun résultat tangible. C’est un travail d’équipe où se sont investis, le Minpostel, le Minfi, le Minmap, le Minepat, l’Agence de régulation des télécommunications. La Commission technique de privatisation et de liquidations, la CTR etc….Et je voudrais ici remercier tous mes collègues et nos collaborateurs. Ceci dit, sur le plan strictement personnel, c’est toujours avec passion et détermination que j’essaie d’assumer, chaque jour, que Dieu me donne, de l’aurore au coucher du soleil, les fonctions que le chef de l’Etat a bien voulu me confier, à la tête d’un département qui a un rôle stratégique dans notre course commune vers l’émergence, à l’horizon 2035.

Quels sont les enjeux de l’arrivée du troisième opérateur ?

Comme vous le savez, les Camerounais sont unanimes à se plaindre du prix très élevé du téléphone au Cameroun, et de la pauvre qualité du service. Ces raisons ont amené le chef de l’Etat à instruire l’ouverture du marché de la téléphonie mobile à un troisième opérateur, afin d’amener une baisse significative des prix. Et pas seulement, il fallait aussi créer des emplois réels, et augmenter la pénétration du téléphone et de l’Internet. Car, selon les estimations de la Banque mondiale, il est démontré que 10% de pénétration du haut débit peut avoir un impact de +1,4% sur le PIS (Produit intérieur brut); 10% d’augmentation de pénétration de l’Internet est égale à +1,1% du PIB, de même que 10% d’augmentation de la pénétration du mobile est égale à +0,8% du FIB.

Maintenant que l’opérateur est connu, les Camerounais se demandent à quand sa première sonnerie?

Fin 2013. Comptez 11 mois.

Qu’est-ce qui changera au niveau de la qualité du service?

Viettel Cameroon s’engage à respecter les exigences en matière de qualité de services offerts, avec comme baromètre, le système de suivi composé des Indicateurs clef de la performance (KPI), tels que le taux de succès d’établissement et de rupture d’appels. De plus, l’opérateur entend se positionner comme un fédérateur de contenu et va mettre en place pour cela une politique partenariale avec trois types d’acteurs (les portails web, les fournisseurs de contenus et les collaborateurs). Afin notamment de promouvoir la richesse et la diversité de l’offre de services aux clients. Ce nouvel opérateur, dans le cadre de ses relations avec les clients s’engage à instaurer un contrat de confiance avec pour principes la protection des données, la protection de l’enfant, le respect de la propriété intellectuelle, un dialogue permanent, une publicité maîtrisée, la sécurité des échanges, la garantie des droits du consommateur en ligne.

Êtes-vous sûr d’avoir choisi le meilleur candidat, car on a été surpris que Viettel, considéré comme le petit poucet, dame le pion aux mastodontes, l’instar de Airtel et de Maroc Telecom?

Il ne faut jamais sous-estimer un adversaire, les sportifs le savent bien.

Il se dit que le nouvel opérateur ferra dans la 3G? Qu’est- ce que la 3G?

La troisième génération (3G) désigne une génération de normes de téléphonie mobile. La 3e génération permet à la fois la téléphonie mobile et le transport de données avec un débit théorique jusqu’à 2 MBits/s, qui permettent des usages multimédias de transmission de vidéo, vidéoconférence ou d’accès à l’Internet haut débit Ce qui n’est pas le cas actuellement. Il s’agit d’une évolution de la norme de deuxième génération, mais elle nécessite l’assignation des fréquences spécifiques. Les réseaux 3G permettent l’accès à une gamme très large de services, notamment: la navigation sur Internet; la réception et envoi d’e-mails: le visionnage de vidéos et d’émissions de télévision; le téléchargement de musique; la géolocalisation. L’introduction des systèmes mobiles de troisième génération constitue donc une opportunité majeure pour le Cameroun, avec le développement rapide de services multimédia innovants dans les systèmes mobiles qui constituent une composante importante de la société de l’information.

Sur le plan financier, une telle licence vendue 20 milliards de f, est-ce beaucoup par rapport au potentiel économique du Cameroun?

On pourrait être tenté de dire que 20 milliards, ce n’est pas beaucoup. Mais si on observe avec attention les ventes récentes de même type de licence dans certains pays africains comparables au Cameroun, il se dégage que, le prix de la licence est fonction de la taille de la population, du PIB par habitant, du taux de pénétration et du nombre d’opérateurs existants sur le marché. C’est ainsi que la Tanzanie avec une population de 47 448 325 habitants, un PIB de 1 500 dollars, a vendu la licence 3G à environ 55 milliards de FCFA. Le Kenya qui a pratiquement les mêmes indicateurs que ceux de la Tanzanie, a vendu sa licence à environ 13,2 milliards de FCFA. Le Mozambique qui est un pays aussi proche du Cameroun, a vendu sa licence à environ 8,25 milliards de FCFA. Sur la base de ces exemples, l’on peut affirmer que l’offre de Viettel! Cameroun est bien apprécié.

A quand la généralisation de la 3G au Cameroon? 

Dès l’ouverture commerciale du réseau de Viettel Cameroun.

L’année 2012 est en train de s’achever, que peut retenir le Camerounais du bilan de votre ministère?

L’année 2012 aura été une année faste, au ministère des Postes et Télécommunications. J’aurai l’occasion de parler en détail de ce bilan au moment rituel convenu. Mais déjà, sachez que sur le plan postal, nous avons, grâce à un financement obtenu de Exim Bank Chine au cours de la visite d’Etat du chef de l’Etat S.E. Paul Biya en Chine courant 2011, poursuivi La réhabilitation de l’outil de production de l’opérateur public Compost, dans le cadre du Projet e-Post, qui va notamment permettre d’interconnecter 234 bureaux de poste a travers le territoire national, par fibre optique et VSAT. Le Data Center de ce projet est achevé à 100%. Dans six mois environ, le nouveau service public postal sera inauguré. Sur le plan des télécommunications et des TIC, l’année 2012 aura été marquée par l’accent mis par l’opérateur public Camtel sur l’expansion du CitiPhone dans l’arrière-pays, les zones enclavées, les zones frontalières. Nous notons par ailleurs la fin des travaux de construction de 3200 km de fibre optique reliant Kyé-ossi (région du Sud) à Kousseri (région de l’Extrême-Nord), et dont, sur hautes instructions du Premier ministre, chef du gouvernement, je procéderai à l’inauguration dans les prochains jours. La mise en place de ce réseau a permis la couverture par fibre optique des dix régions d’une quarantaine de chefs-lieux de départements et une centaine d’arrondissements. Ce projet a également favorisé l’interconnexion haut débit du Cameroun et du Tchad suite à un accord signé le jeudi 29 décembre 2011. Nous avons également entamé la sécurisation de notre cyberespace et des transactions électroniques grâce à l’Infrastructure nationale à clé publique, don du gouvernement de Corée du Sud à notre pays. Nous avons solennellement remis cette Infrastructure à l’ANTIC qui doit en assurer l’exploitation.

Je dois aussi signaler la construction effective du second point d’atterrissement de câble sous-marin à Limbé que j’ai visité en mars, il s’agit du WACS (West African Câble System) qui est un projet du Groupe MTN. La mise en service attend les conclusions de nos discussions d’ores et déjà engagées et très avancées avec MTN/Dubaï, quant à la gestion de cet aéroport numérique, dont sera partie prenante l’opérateur public des télécommunications Camtel.

 

Jean-Pierre Biyiti bi Essam

Jean-Pierre Biyiti bi Essam

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *