Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Jubilés: Eto’o ravit la vedette à Mboma et aux frères Biyik

Le Messager

Ecrit Par le 28 May 2012 Publié dans la categorie: Actualités, Société, Sports


Invité, le quadruple ballon d’or africain a pris part ce week-end à Yaoundé à deux matches de gala marquant l’adieu au public des trois anciennes gloires du football camerounais. Etaient également de la fête, des figures emblématiques de l’histoire du football camerounais, africain et mondial.

André Kana Biyik et Eto'o Samuel lors du jubilé des freres Biyik

Acte I. 16h. Vendredi 25 mai 2012 au stade Omnisports Ahmadou Ahidjo de Yaoundé. Malgré la forte pluie qui s’est abattue sur la ville une heure avant, environ 500 000 spectateurs ont pris d’assaut les gradins. Pour ce match d’adieu des frères Biyik, le déplacement en valait la chandelle. Certes la pelouse a pris de l’eau mais les joueurs sont déterminés à mouiller le maillot. La rencontre oppose une sélection de footballeurs retraités ou en activité ayant évolué en équipe nationale du Cameroun en 1990 et en 2000 à une sélection d’amis des frères Biyik venus principalement de l’étranger. Les groupes de danses mettent de l’ambiance, question de réchauffer l’atmosphère et les esprits pris en tenaille par le froid vespéral. Cameroon telecommunication (Camtel), sponsor officiel de ce jubilé est à la manœuvre. Entre diffusion de spots publicitaires, retransmission en direct sur les antennes de la télévision nationale et prospection et ventes promotionnelles, Gérard Assousok et son équipe jouent leur partition.

Lorsque les deux équipes font leur apparition sur l’aire de jeu, le public est loin de se douter que Samuel Eto’o, le joueur le mieux payé au monde a répondu à l’invite de François Omam et Kana Biyik. L’attaquant de l’Anzhi Makachkala arbore comme tous ses coéquipiers les fameux maillots qui ont révélé le Cameroun aux yeux du monde lors du Mondial 90. Comme à chacune de ses apparitions, le goléador créé l’hystérie dans les rangs de ses fans. C’est à se demander si c’est lui ou les frères Biyik qui sont à l’honneur. Jean Claude Pagal, Victor Ndip Akem, Jean Paul Mfédé, Mabouang Kessack, Eugène Ekeke, Raymond Kalla, Benjamin Massing et Jules Nyongha sont quasiment incognito.

Le match tourne à l’avantage de la sélection des footballeurs retraités ou en activité ayant évolué en équipe nationale du Cameroun entre 1990 et 2000. Score 5-1. Deux des cinq buts de l’équipe victorieuse portent l’estampille de Roger Milla. Le premier dès la première minute de la partie et le second quelques minutes plus tard. Samuel Eto’o, en solitaire, se joue de la défense des amis des frères Biyik avant d’inscrire le troisième but. Eugène Ekeke sur un centre millimétré de Pierre Wome Nlend sur son flanc gauche fait reposer le cuir au fond des filets d’Abdoulaye Sogue, gardien de but des amis Biyik. Un peu comme à la belle époque. A la fin de la rencontre, le « pichichi » comme à son arrivée au stade est encerclé par une marée humaine criant à tue-tête « Eto’o ! Eto’o !».

Adoum Garoua

Acte II. Samedi 26 mai 2012. Même heure, même lieu mais décor et ambiance différents. Patrick Mboma qui fait ses adieux à son public a voulu faire les choses en grand. Résultat, la cuvette de Mfandena a presque fait le plein d’œuf pour l’occasion. Comme d’ailleurs à l’accoutumée, lors des matchs de l’équipe nationale fanion de football. Cerise sur le gâteau, une pléiade de stars du football mondial ont tenu à venir célébrer avec le ballon d’or africain 2000, cette fête qui lui est dédiée. Parrainé par le chef de l’Etat, le jubilé de « Pat » connaît la présence des Vip dont le plus important est le représentant de Paul Biya qu’accompagnait Adoum Garoua, ministre des sports et de l’éducation physique (Minsep). Le match de gala qui oppose une sélection mixte de joueurs locaux de première et de deuxième division et des professionnels, au reste du monde composé des stars à l’instar du Libérien Georges Wéah, ancien Ballon d’Or européen, Antoine Kombouaré, ancien entraîneur du Paris Saint Germain (Psg), Robert Pires et Bernard Lama, champions du monde en 1998, Amara Simba, Shabani Nonda mais aussi des anciens Lions indomptables cuvée 2000. Etaient de la fête, Alioum Boucar, Lucien Mettomo, Salomon Olembé, Alo’o Efoulou, William Andem, Jeremi Sorel Njitap.

Même si Samuel Eto’o n’a pas chaussé les crampons cette fois, son arrivée à elle seule, a soulevé les 15 000 spectateurs de Mfandena. De quoi faire des jaloux. Côté spectacle, le public s’est vraiment régalé. Contrôle de balle en toute aisance, dribles en toute finesse, talonnades, débordements sur les flancs, transversales et autres gestes techniques… Georges Wéah, et tous ses pairs ont montré qu’ils avaient encore de beaux restes. Amara Simba va d’ailleurs inscrire un doublé. Patrick Mboma, lui peut dormir tranquille puisque la relève est assurée. Son deuxième fils, Teddie Mboma a été l’auteur d’un but splendide. Score de la partie 4 buts à 1 en faveur du reste du monde. La fête était belle.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current ye@r *