Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Le film de la tentative d’évasion d’Abah Abah

Ecrit Par le 14 May 2012
Publié dans la categorie: Actualités, Société

Quand l’ancien ministre de l’Economie et des Finances, Polycarpe Abah Abah, quitte le pénitencier de Kondengui dans la matinée de vendredi 11 mai dernier, il est question qu’il se rende dans un cabinet dentaire de la place. Pour cela, comme le prévoit le règlement intérieur, il ne manque pas d’introduire une demande d’autorisation de sortie en bonne et due forme. Mais, l’ancien Minfi n’aura pas attendu qu’on lui donne une suite favorable à sa demande. Le régisseur Daniel Djeng qui n’entend pas faire les choses a moitié, avait déjà mis à la disposition du prisonnier de luxe une escorte digne non seulement de son rang, mais surtout de son statut. Et la preuve? Un intendant de prison, un certain Minkala et de 3 gardiens de prison sont chargés de veiller sur l’enfant terrible de Meyila. C’est-à-dire quand l’accord de sortie est signé, Abah Abah est déjà hors de la prison centrale de Yaoundé.

Seulement, comme par enchantement, Polycarpe Abah Abah va se retrouver dans son domicile du quartier Odza. Très vite repéré par les éléments de la Dst et de la Dgre qui les avaient suivis jusqu’à son domicile. A la question de savoir ce qu’il fait à sa résidence, il rétorque à ses interlocuteurs qui ils sont. Polycarpe Abah Abah est cueilli et sera conduit dans un premier temps à la Dgre et par la suite à la Pj. Tout comme d’ailleurs ses geôliers. Quant au régisseur Daniel Djeng, un texte signé illico presto par Laurent Esso, le ministre de la Justice, garde des Sceaux et lu sur les antennes du poste national de la Crtv viendra mettre un terme aux fonctions du régisseur de la prison centrale de Yaoundé. Alors question : qu’est-ce qui a bien pu se passer pour que Polycarpe Abah Abah dévie son itinéraire initial?

Police judiciaire

Dans les milieux proches des responsables du pénitencier de Kondengui, l’on indique que la pratique à la mode à la prison centrale de Kondengui voudrait que les prisonniers de luxe monnaient régulièrement leurs sorties pour se retrouver au quartier. Le cas de Polycarpe Abah Abah est loin d’être unique. On eut donc comprendre qu’en moins de 2 ans, 4 régisseurs se sont succédés à la tête de la prison centrale de Kondengui. Toutefois et des sources de première main, depuis que Nicolas Sarkozy a perdu les élections en France, une certaine fébrilité est perceptible dans les rangs de quelques anciens ministres de la République incarcérés pour la plupart dans le cadre de l’opération Epervier. En effet, indiquent nos sources, une reconduction de l’ancien président français à l’Elysée était synonyme de départ de Paul Biya d’Etoudi. Et justement relèvent quelques observateurs proches des milieux carcéraux, la victoire de François Hollande ferait des dépités dans l’entourage de Polycarpe Abah Abah. Des sources proches des services spéciaux, l’on prendrait au sérieux cette situation. L’on indique à propos que c’est grâce à l’existence d’un dispositif de sécurité spécial que Polycarpe Abah Abah n’a pas pu aller loin. L’ex-Minefi et les 4 geôliers méditent depuis vendredi dernier leur sort à la direction de la police judicaire à Yaoundé.

Interpellé au mois de mars 2008 dans le cadre de l’opération Epervier, l’ex-Minefi est accusé de détournement d’une somme de 6,8 milliards de FCFA soustraite dans les caisses de l’Etat dans les années 2000 et 2004. Sont en détention préventive dans le cadre de la même affaire Joseph Edou, ancien Dg du Crédit foncier du Cameroun et un certain Pascal Manga. Inculpé au mois d’avril 2008, Polycarpe Abah Abah après avoir évoqué des exceptions et les nullités de procédures a été débouté. Néanmoins sur les 5 chefs d’inculpation qu’il traînait il n’en reste aujourd’hui qu’un seul: celui du détournement des fonds appartenant au Crédit foncier du Cameroun. Avec cette nouvelle affaire de tentative d’évasion, l’ex-Minefi ne serait-il pas entrain d’aggraver son cas? On n’est pas loin de le croire.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>