Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Le siège de la fédération de rugby vandalisé

AfricaPresse.com

Ecrit Par le 19 Jan 2009 Publié dans la categorie: Actualités, Sports


rugbyDes membres du bureau sortant sont accusés d’avoir emporté les meubles, le matériel informatique et didactique.

La passation de service qui devait avoir lieu samedi, 17 janvier dernier entre le bureau sortant de la Fédération camerounaise de rugby et celui élu le 30 décembre 2008 n’a pas eu lieu. C’est que, le lieu de la cérémonie, le siège de la fédération, a été vandalisé jeudi, 15 janvier dans la nuit. La serrure de la porte principale forcée traîne par terre. Le secrétariat de la fédération est sens dessus dessous. Les meubles sont démontés et posés à même le sol. Le bureau du président est, quant à lui, vide. Des cartons et bouteilles sont négligemment jetés sur la moquette. L’une d’entre-elle contient un liquide rougeâtre. Au secrétariat général, les licences et les maillots sont éparpillés sur la table de travail.

Des bouteilles d’eau minérale vides et des godasses jonchent le sol poussiéreux. Et c’est la main courante du vigile de l’immeuble abritant ledit siège qui permet de comprendre les circonstances de ce désordre. Dans le registre, Benjamin Ndoro a consigné ces lignes : “15 janvier 2009. Prise de fonction à la résidence Mifi par Ndoro. M. Tiek, l’ex secrétaire général de la Fécarugby, est entré dans le bureau. Je le lui ais interdit et j’ai appelé ma patronne qui m’a donné l’ordre de le laisser faire tout ce qu’il veut faire. C’est ainsi qu’il a emmené avec lui deux techniciens qui ont cassé la serrure pour ramasser tous les effets dans le bureau et ils ont replacé une autre serrure à la porte”.

C’est face à ce triste spectacle que le nouveau président de la Fécarugby va se retrouver samedi matin. Patrice Monthé, qui s’est rendu au siège de la fédération en compagnie de son secrétaire général, François Tontsa, du premier vice-président, François Colas, des membres du bureau exécutif de la ligue régionale du Centre et de l’huissier de justice Paul Henri Tsissa, se dit alors déçu et quitte aussitôt les lieux.
“Son secrétaire général qui y reste fait faire le constat par l’huissier Tsissa. C’est que, au soir de l’élection houleuse d’un nouveau bureau ses membres avaient demandé à l’homme de loi de faire placer une nouvelle serrure afin de prévenir de pareille réaction”, soutient François Tontsa. Il ajoute : “nous avions prévenu le bureau sortant de ne plus mettre les pieds ici. Mais là, les serrures ont été défoncées”. Sur le bilan de ce désordre, le Sg fait savoir que “toutes les machines ont été emportées (deux ordinateurs).

De même que le matériel didactique : ballons, équipements [et] une bonne partie des meubles de bureau, y compris la table de la salle de conférence. Il n’y a plus rien “, dit-il avant de constater avec désolation : “l’héritage qu’on devait nous léguer portait sur les informations : le fichier des athlètes, du personnel, le chronogramme des activités internationales. Nous héritons d’une fédération sans archives”, constate t-il avec désolation.
Joint au téléphone, Théophile Tiek à Mamba affirme que le bureau sortant avait cassé la serrure apposée par le nouvel exécutif et placé une nouvelle serrure sur avis des huissiers ayant au préalable fait le constat. Ceci, “parceque nous voulions protéger notre matériel; ” dit-il avant d’ajouter: “C’est nous qui louons les locaux. M. Mamba [le président sortant] le faisait en son nom propre et non en tant que président de la fédération. S’ils veulent un siège [le nouvel exécutif], qu’ils cherchent leurs locaux”.

Bertille Missi Bikoun. Mutations