Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Le Taro pilé à la sauce jaune (Cameroun)

AfricaPresse.com

Ecrit Par le 8 Oct 2012 Publié dans la categorie: Cuisine


Ce plat typiquement bamileke. Le taro est une tubercule que l’on pile jusqu’à  obtenir une pate grisatre.

On le déguste alors avec un ou deux doigt. La fameuse sauce jaune fait à  base d’huile de palme et d’un mélange d’une dizaine d’épices, de champignons et de viande…

Ingrédients (Pour trois personnes)

– 02 kilos de taro de n’importe quelle espece

– 3 kilos de taro simple

– ½ kilo de macabo ou mere macabo,

– La banane cochon une main de 20 doigts

taro pile a la sauce jaune

Description du taro

Le Taro est une purée blanche obtenue par le broyage dans un mortier des tubercules de taro cuisinés à l’eau et débarrassés de leur peau. L’obtention d’une purée bien homogène sans grumeaux exige un doigté particulier dans la manipulation du pilon ; mais avec un peu de volonté et d’application, chaque ménagère peut y parvenir. C’est plutôt à la préparation de la sauce que se démarquent les cordons bleus.

Les ingrédients aromatiques sont essentiellement les mêmes que pour le « Nkui » ; c’est le fonds de la sauce qui change. En lieu et place du jus gluant marron, c’est plutôt un mélange d’eau, d’huile de palme et de vinaigre que l’on délaye la pâte aromatique. La belle couleur jaune recherchée est fonction des caractéristiques de l’huile choisie mais aussi et surtout du bon dosage de l’eau et du vinaigre traditionnel. Il faut la finesse et l’attention d’un chimiste pour prétendre à un bon résultat.

Le taro était jadis utilisé par des jeunes filles pour déclarer discrètement leur flamme à leur soupirant.

Il se mange avec les doigts, l’art de la dégustation impose aux convives de se servir chacun dans son assiette une quantité raisonnable de purée de taro. Comme dans l’art de la poterie, les doigts tournant dans le sens des aiguilles d’une montre sont utilisés pour construire dans l’assiette une motte de Taro uniforme et concave en forme de demi ballon.

Un cratère est ensuite creusé avec le majeur et l’auriculaire dans la purée pour accueillir la sauce jaune.

C’est presque une injure pour la maîtresse de maison d’abandonner dans son assiette un reste e taro. Il ya lieu par conséquent de se servir raisonnablement pour avoir la certitude que l’on laissera un plat bien propre, presque léché ; preuve pour la ménagère que sa cuisine est délicieuse.