Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Lettre ouverte à Mr Paul Biya, Président de la République du Cameroun

Ecrit Par le 11 Jun 2012
Publié dans la categorie: Opération épervier, Politique, Société

Dites-nous, Excellence Mr le président de la République,

Vos compatriotes ont une série de questions pour lesquelles ils attendent des réponses de vous. Vous ne saurez, sans mépris de votre part, refuser de les leur donner, c’est-à-dire de leur rendre compte de la gestion que vous faites de leur pays parce que vous êtes à leur service. Cette lettre a pour objet la gestion de leurs ressources financières et de leurs biens. La seconde à vous servir la semaine prochaine, abordera avec vous les questions concernant la gestion des ressources humaines.

Voici ces questions:

- Dites-nous combien nous vous payons, votre traitement mensuel, vos indemnités et à combien nous revient la prise en charge de votre hôtel particulier. Ces choses, vous les avez fixées vous-même à votre profit sans jamais en rendre compte au peuple.

- Même question en ce qui concerne votre pléthore de ministres et de généraux dont le nombre, qui relève d’une pure inconscience ne s’explique pas pour un pays des plus pauvres et des plus endettés.

- Même question en ce qui concerne les députés, ces voyous qui sont plutôt à votre service qu’à celui du peuple, qui se cachent à l’Assemblée Nationale pour bénéficier de l’immunité parlementaire pour leurs crimes économiques et qui, pour protéger vos intérêts et les leurs, passent leur temps à travailler contre le développement et le progrès du peuple. Un parlement qui trahit le peuple qui l’a élu et a placé en lui beaucoup d’espoir, cela ne peut être possible qu’au Cameroun.

Que devient cet argent que vous leur donnez pour les corrompre pour vous maintenir définitivement au pourvoir et voter ces stupides textes pour vous protégez au détriment du peuple, soit- disant pour les Microprojets parlementaires, une invention purement camerounaise pour détourner l’argent du peuple. L’organigramme des services de l’Etat a prévu des ministères chargés de ces travaux et la mission des députés est plutôt d’en contrôler l’exécution. Cet argent qu’ils boudent déjà par ce qu’ils en exigent la revalorisation est de 8 millions de FCFA par an et par individu, soit 40 millions pour les 5 ans d’un député à l’Assemblée Nationale, soit pour l’ensemble des députés que compte le Parlement camerounais 7,2 milliards par an, pour un montant total de 216 milliards pour vos 30 années de pouvoir. De quoi sortir le peuple de la misère.
Et puis, qu’est ce qui justifie cet argent qu’ils reçoivent gratuitement pour acheter des voitures personnelles. Pourquoi les contribuables doivent-ils acheter des voitures personnelles à des individus qui perçoivent régulièrement de gros salaires et d’importantes autres primes. Tout est mis en place sous votre régime pour détourner l’argent du peuple, mais quand des députés de la Nation en deviennent des complices, c’est un drame pour le Cameroun.

-Dites-nous si vous avez déjà remboursé l’argent que vous avez pris à la Société Camerounaise de Banque (SCB) dès votre prise de fonction pour construire votre maison à Mvomeka et votre terrain de golf dans la même propriété. Vous en avez tellement puisé que cette banque a fermé les portes. Messi Messi Robert, Directeur général de cette banque qui a porté ce scandale à la connaissance de public, a dû pour sa sécurité, s’exiler nuitamment avec sa famille au Canada, passant par le Gabon. Voici ce qu’il disait à l’époque : “Personne n’était au courant. Je traitais directement avec le palais d’Etoudi. En général, le ministre des Finances n’est jamais informé de ce que font les directeurs généraux des banques. Ceux-ci travaillent avec le chef de l’Etat…” Il voulait dire que vous en preniez autant dans les autres banques.

Votre fils Franck, en dehors des centaines de millions de FCA qu’il doit au fisc au titre de sa société Ingénierie Forestière (Ing-F), avec une ardoise de 2,3 milliards qu’il refuse de payer, s’étant volontairement exilé en France avec un titre de membre du gouvernement camerounais comme on nous dit pour ‘’jouer la vie’’ avec l’argent du contribuable, a failli lui aussi faire fermer la Commercial Bank of Cameroon qui est actuellement en restructuration à cause de ses problèmes financiers (CBC). Il continue à détruire des milliers d’hectares des forêts du Cameroun. Ainsi, l’argent des caisses de l’Etat est à vous et à votre famille, celui des banques aussi, en même temps que toutes les ressources naturelles du pays.

- Dites-nous ce que nous rapportent notre pétrole et nos péages et la destination de cet argent après que vous ayez utilisé une partie pour entretenir des sectes sataniques occidentales. Cela ne peut être tabou pour le peuple qui en est le vrai propriétaire. Vous n’êtes que le gestionnaire du compte du peuple qui ne vous a pas donné un chèque en blanc et il n’y a aucune raison que ce peuple ne connaisse ni les opérations qui y sont effectuées ni l’argent qui y est gardé.

- Dites-nous ce que vous entendez faire pour récupérer et pour reverser au patrimoine national ces maisons de fonctions et ces terrains du domaine national comme ceux de Bonanjo à Douala et de l’ Hippodrome à Yaoundé que vos ministres se sont partagés, les acquérant à vils prix. Votre silence devant ce scandale est si suspect que le peuple se demande si le Titre foncier du Palais présidentiel d’Etoudi n’est pas déjà muté au nom de Chantal ou Franck ou autre Bonivan, puisque c’est ainsi que çà se passe entre vous du Rdpc.

- Dites-nous ce que, comme tout bon citoyen vous payez, comme impôts et ce que payent les produits de vente de la Ferme de Mvomeka, le seule investissement qu’on vous connaisse au Cameroun car vous planquez toute votre fortune à l’étranger pour qu’aucun camerounais n’en profite. Les ouvriers de cette ferme sont d’ailleurs payés par l’Etat, aussi bien que le matériel qui y est utilisé.

- Dites-nous sur quelle base l’argent du contribuable paie les haut cadres et agents de l’Etat affectés abusivement dans les bureaux du Rdpc, votre parti politique et pourquoi les autres formations politiques ne bénéficient pas de ces avantages si vous estimez que c’est logique de le faire.

- Dites-nous, pour dissiper toute mauvaise interprétation de notre part, les raisons pour lesquelles vous vous opposez à l’application de l’article 66 de la constitution relatif à la déclaration des biens. Nous pensons que c’est un mépris envers l’Acte fondamental de notre Nation, qu’aussi vous avez peur de révéler les biens que vous avez volés au peuple et planqués dans le monde entier. Nous pensons aussi que c’est pour protéger ces gangsters du Rdpc qui, comme votre beau-frère Bidoung Mpkatt ont mis le pays à sac.

- Dites-nous ce que sont devenus les 3 milliards débloqués des caisses de l’Etat pour les Cérémonies du passage du Cameroun au 3 ème millénaire. Une manœuvre cynique pour détourner l’argent du peuple qui vit dans une misère d’enfer.

Est-ce que c’est vrai que cet argent a atterri en grande partie dans les comptes de votre beau-frère BIDOUNG MPKATT Pierre Ismaël qui en avait la gestion et qu’il l’a utilisé pour construire son château des Contes de Alice au Pays des Merveilles à Ngousso-Ngoulmekong et s’acheter toute une partie du village et un domaine impressionnant au lieudit Sofamac, toujours sur la route de Soa. Nous y avons cru parce qu’il y a juste quelques années, c’est-à-dire avant que vous n’épousiez sa sœur Chantal, fonctionnaire ordinaire, il roulait sur une vielle Vespa qui refusait toujours de démarrer et nous l’aidions à la pousser. Plus tard, il avait acquis une vielle Renault 12 qui refusait également de démarrer et il fallait tout le temps y mettre la main.

Nous l’appelions Mini-Pampam parce que cet actuel milliardaire composait de petits sketchs et y jouait le rôle de clown pour amuser les enfants et arrondir ses fins de mois. Nous ne le reconnaissons pas comme héritier d’un riche parent et ne lui reconnaissons aucune autre activité pouvant l’avoir rendu subitement si riche. Nous savons seulement que face à ce scandale et pour ne pas perdre la face devant votre belle famille et leur faire comprendre que c’est de son intérêt de le faire oublier un peu en le mettant pour un tout petit temps à l’écart du gouvernement, vous avez fait nommer son épouse, enseignante de profession par votre femme au poste de secrétaire générale de la Fondation Chantal Biya (FCB), son ONG avec rang et prérogatives de Secrétaire d’état.

Écarté ainsi pour quelques temps pour faire taire les commentaires il y est revenu depuis au même poste de ministre de la Jeunesse et de l’Education Civique où il continue, comme par le passé et à un jour précis de chaque semaine, à distribuer l’argent du peuple à des dizaines de villageois venus de l’Est, sa province natale avec tamtams et balafons pour chanter ses louanges, celles de leur beau-fils Biya et de sa reine Chantal sous le regard chaque fois médusé et indigné du personnel qui gagne un salaire de misère.

- Dites-nous comment ont été gérés les 50 milliards que vous avez débloqués du trésor public pour la célébration du Cinquantenaire de l’Indépendance de notre pays et les 50 milliards, la même année presque pour la Fête des Armées. Nous ne pouvons pas oublier le fait qu’il s’agissait là des dépenses stupides pour un peuple à genoux. Certaines langues disent qu’une bonne partie est dans la poche des généraux et de Mebé Ngo’o dont l’épouse s’en est aussi grassement tirée ayant ’’gagné le marché’’ de toute l’alimentation, nourriture et boisson et autres locations des voitures de luxe. Dans les prochains jours une somme pareille va être débloquée pour les festivités de la Réunification du Cameroun et le même scenario va recommencer alors que le peuple souffre et tire le diable par la queue, que les hôpitaux manquent de remèdes, que les habitants de Yaoundé n’ont pas d’eau depuis des mois.

- Dites-nous Mr le président, ce qu’est devenu, 17 ans après, cet argent destiné à indemniser les familles des 71 victimes de l’accident du Boeing le Nyong de la Camer depuis 1995 et du reste devant être reversé dans les caisses de la Camer dont le montant, tel que nous révèle Marafa est de 32.500.000.000 FCFA et qui a pris une destination inconnue de nous sans que vous affichiez la moindre compassion pour vos compatriotes décédés dans des conditions si tragiques. Pourquoi les individus impliqués dans les actes de corruption qui ont conduit à cette catastrophe qui a occasionné en même temps la destruction d’un appareil de la flotte de la Camer évalué en milliards comme Issa Tchirouma Bakari ont été plutôt propulsés à des postes ministériels alors que toutes les enquêtes les avaient épinglés et qu’ils méritaient la prison. Vous l’avez fait à maintes reprises en donnant curieusement des promotions à des individus qui ont ruiné le pays. Mélingui Roger pour ne citer que celui-là pour le moment, qui a transféré tout l’argent de l’ONCPB dans son compte personnel et fait fermer la boîte qui employait des centaines de camerounais et faisait vivre des milliers a été plutôt nommé ministre alors qu’on l’attendait en prison. Rassurez nous que vous ne les protégez pas parce qu’ils se partagent cet argent avec vous comme nous le pensons.

Pour toute réponse à cette grave et troublante dénonciation sur l’affaire du Boeing qui indigne tout le peuple, Issa Tchirouma Bakary, votre tonitruant porte-parole, par ailleurs largement compromis dans cette affaire, s’est contenté de dire que Marafa veut déstabiliser le pays et que sa dénonciation était un ‘’pétard mouillé’’, sans nous dire si effectivement tout cela a existé. Qu’il sache et que vous le sachiez aussi que c’est une bombe, qu’il ne s’agit pas d’un pétard mouillé et que le peuple, sur cette macabre affaire veut un compte rendu de vous, car il veut comprendre. Si c’est vraiment un pétard mouillé, alors pourquoi tant de branlebas et tant de panique dans vos rangs. Pourquoi tant de pressions et de menaces sur les journalistes pour les dissuader de publier les lettres de Marafa. Pourquoi cette agitation du Rdpc pour appeler ses militants à la vigilance et à la mobilisation derrière son président. Peut-on avoir peur de se faire blesser par un pétard mouillé. Biya a donc peur de quoi au point d’en perdre le sommeil déjà très agité par les fantômes des camerounais qu’il a plongés dans des difficultés énormes.

Quelqu’un qui a de la dignité devrait démissionner devant un tel scandale qui met au grand jour la face dramatiquement inhumaine et satanique de son être, faisant de lui un irresponsable qui ne mérite plus la confiance du peuple. Cette autre dérive est pratiquement inadmissible. Comment un président de la République peut s’enrichir sur la misère et le sang de ses compatriotes.

Et si c’est vrai que vous avez détourné l’argent des morts, tout camerounais, même de votre milieu biologique ou politique qui ne descendrait pas dans la rue pour demander votre départ et votre conduite à la prison de Kodengui manquerait de patriotisme.

- Dites-nous pourquoi les détourneurs des fonds publics sont en liberté et bénéficient de votre protection. Pour ne citer que quelques-uns, Meka Meka que dans wikileacks vous reconnaissez vous-même comme voleur, Zang Zang Ambassa que vous avez laissé filer vers la France et dont les députés rdpecistes avaient d’abord refusé de lever l’immunité parlementaire pour lui donner le temps de plier bagages malgré le faramineux montant de son détournement, Mesengue Avon, Mebe Ngo’o dont la publication de la fortune a fait scandale, Mendoze, Fame Ndongo pour le détournement d’une somme de près de 8 milliards débloquée par le Trésor public pour l’arrimage de la CRTV sur le satellite, Jean-Baptiste Bokam qui a fêté ses premiers milliards étant au gouvernement, Charles Etoundi qui, ministre de l’éducation nationale a détourné le CEPER, une usine de l’Etat destinée à la fabrication des livres scolaires et s’y est installé tout simplement et en toute impunité jusqu’à ce jour, Chantal Biya, le cerveau derrière beaucoup de vols et Motaze Louis Paul dont l’argent de la construction de son château au Palais des Congrès ne peut provenir de son salaire de fonctionnaire, fusse-t-il ministre. Quand les livrerez-vous à la Justice du peuple ?

Jusqu’ici vous n’avez fait interpeller que ceux qui ont porté atteinte à vos propres intérêts. Les membres du G11 ont été soupçonnés de vouloir prendre votre place et les autres d’avoir détourné l’argent de cet avion qui devait vous amener vous pavaner avec votre femme dans le monde entier aux frais des pauvres camerounais. Votre réticence à leur arrestation n’est-elle pas tout simplement le fait qu’ils en savent trop sur vous, vos comptes, les biens que vous avez volés au peuple et vous avez ainsi une peur bleue qu’ils vous dénoncent ? Les dénonciations en cours actuellement sur vous, votre fils et votre gang et la panique dans laquelle vous les vivez nous donnent raison.

- ma dernière question et pas des moindres est celle-ci : Mr Biya, aimez-vous le Cameroun et son peuple ? Quelle que soit votre réponse, les Camerounais ne vous considèrent pas comme un des leurs, un patriote aimant son pays. Ils vous considèrent beaucoup plus pour un citoyen suisse qui ne vient au Cameroun qu’en villégiature et pour se ravitailler dans ses caisses.

Ahidjo, Votre prédécesseur croyait au Cameroun et l’aimait. Ses enfants ont fréquenté, avec ceux du commun du peuple les écoles les plus ordinaires du pays jusque celles de l’enseignement supérieur. Lui et sa famille avaient un pavillon à l’hôpital central de Yaoundé où ils étaient hospitalisés quand ils étaient malades. Mais vous, vous avez créé une école primaire spéciale pour vos enfants au sein de la Présidence de la République avec les meilleurs enseignants du pays pour qu’ils ne soient pas en contact avec ceux de ces pauvres gens que vous avez réduits à la misère et vous les avez envoyés continuer la suite de leurs études en suisse. Aussi vous soignez vos moindres rhumes en Europe et on ne vous a jamais aperçus, vous et votre famille dans aucune structure médicale du pays pour le moindre soin médical. Après son accident de la circulation, votre grand frère Mvondo Assam n’est passé rapidement à l’hôpital général de Yaoundé que pour être préparé pour son évacuation en France aux frais du trésor public. Vous savez ce que vous avez fait de nos écoles et de nos hôpitaux et n’avez aucune confiance en nos enseignants et en nos médecins. Quelle insulte pour ce pays où vous êtes président!

Si vous aimiez ce pays comme le chantent tous les jours vos griots du Rdpc, vous n’en aurez pas fait un des plus impopulaires de la planète : corruption, vols des bébés, détournements des biens, pauvreté, prolifération des sectes, perversion, faymania. Depuis 30 ans, vous avez assisté, indifférent à la destruction de ce pays qui était la fierté de son peuple sans le moindre sursaut de patriotisme.

En plus, avant les dernières élections présidentielles vous avez préparé ouvertement une guerre contre le peuple au cas où vous les perdiez. Vous avez ordonné un recrutement massif dans les forces armées, notamment dans le BIR votre unité fétiche, vos tontons macoutes. Vous avez nommé une pléthore de généraux qui vous sont fidèles dans l’Armée pour quadriller le pays et prendre les populations en otages. Vous avez reconduit pour deux ans tous les militaires en fin de carrière pour avoir suffisamment de soldats pour le combat et vous avez attribué de nombreux avantages à ce corps pour le corrompre. Ainsi pour vos propres intérêts vous étiez prêt à verser le sang de vos compatriotes et à mettre le pays à feu.

Autant de raisons qui ont fait que je ne vous ai jamais voté. En aviez-vous d’ailleurs besoin pour gagner une élection ? Dès les premiers jours, alors que le peuple jubilait pour votre ascension au poste de Président de la République et que Fame Ndongo (encore lui !) dans un livre qu’il vous dédiait vous présentait comme un homme intègre parce que, Premier Ministre vous n’aviez même pas une case à vous et montrait les photographies de celle de votre mère en terre battue et presque sans ouvertures, je me suis dit que vous serez un très mauvais Président, car n’ayant pas pu vous construire une case malgré toutes les facilites que vous aviez pour le faire, vous ne saurez construire le pays. Je ne m’étais pas trompé.

Je n’ai pas donné ma voix non plus à cette opposition bouffonne, tatillonne, déboussolée, stupide, idiote et plus préoccupée par ses propres intérêts que par ceux du peuple et dont le seul programme politique est votre départ, sans dire au peuple dans quelle sauce il sera mangé dans la suite. Entre l’enfer de Satan et celui de Lucifer, autant ne rien choisir.

Mr le président vous trichez en tout et vous détournez tout comme un rat d’église sans avoir le moindre souci pour votre peuple qui croupie dans une miserez profonde. Si je ne connaissais pas des anciens séminaristes, hommes honnêtes et intègres de votre époque j’aurais, depuis conclu que les séminaires enseignaient l’art du vice et du mépris des autres, du vol et de la tricherie.

Vous agissez avec beaucoup d’irresponsabilité. D’ailleurs vos députés rdpcistes l’avaient vu avant nous en faisant de vous un irresponsable qui ne peut pas répondre de ses actes, juste comme un malade mental, reconnaissant ainsi en vous des défaillances de nature à altérer votre capacité de discernement et d’action. Alors que nous savons que vous n’êtes pas ce qu’ils veulent que vous soyiez et qu’ils vous font plutôt offense. On dit qu’à Mvomeka où vous vous refugiez maintenant pour fuir les odeurs de la misère du peuple après avoir été pratiquement refoulé de Suisse, vous battez tout le monde au jeu du songo, même l’auteur du ‘’Vieux nègre et la médaille’’ de son vivant et que vous êtes inégalable dans l’épreuve du lever le coude. Comment être alors ce que les députés du Rdpc veulent que vous soyez ?

Si vous êtes, comme d’habitude dans l’incapacité de répondre à ces inquiétudes de votre peuple qui de plus en plus estime que leur rendre compte de la gestion de leurs ressources est un devoir de probité et de patriotisme, je ne serais pas gêné que Fame Ndongo, le fasse à votre place. Cet intellectuel dont les seules productions scientifiques se résument en deux petits opuscules rédigés pour vous encenser et dont le langage violent, guerrier, arrogant, méprisant, provocateur et ordurier n’est pas loin de rappeler les émissions de la Radio des mille collines du Rwanda appelant le peuple à la haine et au génocide. Mais l’embêtant est qu’il est si pédant et se mettra à citer en désordre et sans aucune relation avec le sujet des bouts de phrases des vieux blancs du moyen âge avec des noms tellement compliqués que personne n’y comprendra rien.

Vous pouvez également demander à Issa Bakari Tchourouma de le faire à votre place. Il n’attend que cela car sa mission est plutôt de vous défendre que de gérer l’important ministère de la Communication. Mais seulement aussi, il est si bouffon, si incompétent et si ridicule dans ses réactions et ses réponses qu’il finit plutôt par faire pitié et ne se fait pas comprendre. Les journalistes vont à ses communications de presse comme on va à un film comique, pour rire et se détendre après une journée assez difficile. Selon les révélations de Marafa, il est une vraie fripouille, un individu crapule et malhonnête qui n’hésite pas à s’enrichir sur les cadavres de ses frères dont il est de ceux qui, par leur irresponsabilité ont suscité la mort.

Sachant ce que nous savons maintenant après les révélations de Marafa sur ces deux prototypes du gangstérisme que leur moralité place au bas de toute classe humaine, nous ne sommes pas surpris qu’ils se battent tant pour vous défendre et deviennent complètement fous et hystériques chaque fois qu’un camerounais dénonce une de vos dérives, car non seulement vous êtes leur dieu -créateur et qu’ils sont vos créatures comme dit Fame Ndongo, mais vous seul pouvez les protéger pour le moment de la prison et de la justice populaire. Le Rdpc manque-t-il d’autres jokers ? Ou plutôt, face à ces scandales récurrents vous impliquant, toutes les personnes de bonne moralité de votre parti vous tournent déjà le dos et prennent déjà leurs distances pour ne pas gâcher leurs chances de positionnement dans un avenir sans vous qui s’annonce déjà ? La nuit a beau être longue, le jour se lèvera avec le soleil pour le peuple camerounais. Il s’est levé en Egypte, en Libye et partout ailleurs où les tyrans qui ont terrorisé leurs peuples et pillé leurs pays et qui se croyaient adulés et intouchables ont affronté la triste réalité et ont payé pour leurs crimes. Pourquoi pas au Cameroun aussi.

Veuillez croire, Excellence Mr le Président de la République à ma haute considération et à ma ferme détermination de vous accompagner avec les moyens de ma modeste plume tout au long de ce vilain septennat de trop que “l’appel du peuple” vous a poussé à accepter.

Serge Olivier Atangi

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>