Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Lutte contre la corruption: Le Controle Superieur de l’Etat annonce une répression impitoyable


Ecrit Par le 16 Mar 2012 Publié dans la categorie: Actualités, Politique, Société


Parmi les responsables d’entreprise publiques présents hier au palais des Congrès à l’occasion de la cérémonie d’ouverture du forum national sur la protection non judiciaire de la Fortune publique au Cameroun, Jean Jacques Ndoudoumou s’est fait remarquer non seulement par sa tenue, un ensemble pagne aux allures de tenue de tontine de couleur vive, mais aussi par le fait qu’il fait partie des personnalités convoquées par le Contrôle supérieur de l’Etat. Tout au long du discours d’ouverture du ministre délégué à la présidence de la République chargé du contrôle supérieur de l’Etat, Henri Eyébé Ayissi, le directeur général de l’Agence de Régulation des Marchés publics était visiblement mal. La mine serrée, le chef traditionnel comme la plupart des invités ou participants à ce forum se sont montrés surpris du ton et de la nature du discours du Minconsupe qui a pris tout le monde à contre pied.

« Le message présidentiel principal en est qu’après la phase pédagogique et le temps des mises en garde solennelles, l’heure de la répression tous azimuts a sonné, sans considération des statuts personnels et professionnels ou des origines géographiques des uns et des autres. L’Etat sévira, désormais de manière systématique », déclare H. Eyébé Ayissi à la surprise générale, hier au palais des Congrès de Yaoundé. Un discours historique qui ouvre une nouvelle ère dans la lutte contre la corruption. A ce titre, les prochains jours s’annoncent très difficiles pour les détourneurs des deniers publics.

Henri Eyebe Ayissi

Henri Eyebe Ayissi

Exigences

En fait l’objectif de ce forum de deux jours qui regroupe 200 participants issus des services du Consupe, des départements ministériels, de la Conac, de l’Anif, de la société civile et des bailleurs de fonds s’inscrit dans la volonté du gouvernement de préserver une gestion saine des deniers publics. Pour ce faire, il vise la vulgarisation efficiente sur le dispositif national de prévention, de contrôle et de sanction non judiciaire des atteintes à la fortune publique, mais aussi l’évaluation du dispositif en vue du renforcement de son efficacité. Selon le minconsupé, cette initiative est en conformité avec l’édification « d’une république exemplaire » prôné par le Chef de l’Etat.

Pour y arriver, Eyébé Ayissi suggère une « révolution culturelle » qui vise un changement radical de comportement qui impose trois exigences. D’abord la culture de la transparence dans la gestion des fonds et des biens publics, ensuite, la culture de l’imputabilité personnelle des actes de gestion posés et enfin la culture de la performance dans la gestion et l’utilisation de la fortune publique. Cela passe par un non aux marchés fictifs, à la minoration des recettes publiques, à la fabrication des fausses factures, des complicités et des arrangements, à la manipulation des lignes de crédit, Bref à la course folle à l’argent facile qui sera désormais sanctionnée durement au Consupé qui pense que l’application l’article 66 de la constitution qui constitue certes un atout incommensurable ne devrait pas focaliser le débat ou de développer une attention excessive.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *