Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Madagascar peut rêver d’une participation à la CAN 2019


Ecrit Par le 26 Jul 2017 Publié dans la categorie: Actualités, Madagascar, Sports


C'est à Antananarivo, la capitale économique et politique de l'île, que se tient la 12e Foire Internationale de Madagascar. © Bernard Gagnon/(CC)/Wikipédia

C’est à Antananarivo, la capitale économique et politique de l’île, que se tient la 12e Foire Internationale de Madagascar.
© Bernard Gagnon/(CC)/Wikipédia

Madagascar qui a bien débuté les éliminatoires de la CAN 2019 peut désormais caresser l’espoir d’y participer. Avec 24 équipes au lieu de 16, les chances sont désormais supérieures pour Les Zébus de Madagascar dirigés par le coach français Nicolas Dupuis.

Du talent et une bonne dose de motivation. Ajoutez un peu de grinta [de la chance NDLR] et vous obtiendrez le cocktail concocté par Nicolas Dupuis, officiellement sélectionneur de Madagascar depuis mars dernier. Avec huit victoires et deux nuls en dix matches, le technicien français est sur de bons rails.

« Deux qualifiés par poule, cela peut nous ouvrir des portes »

Madagascar n’a jamais pris part à une phase finale de CAN. Obtenir la qualification pour la phase de poule est déjà un succès. Et comme le dit le vieil adage, l’appétit vient en mangeant.

Effectivement, après avoir passé le tour préliminaire avec deux succès face à São Tomé, les joueurs malgaches ont remporté leur première victoire lors de la première journée des éliminatoires de la CAN 2019 face au Soudan, qui plus est, à l’extérieur. De quoi se donner un élan important avant la prochaine rencontre à domicile en mars 2018 face à l’ogre du groupe A, le Sénégal.

« La CAN à 24, c’est un rêve, nous disait Nicolas Dupuis avant de connaître la décision de la Confédération africaine de football. Deux qualifiés par poule, cela peut nous ouvrir des portes. C’est aussi la possibilité de développer le football en Afrique. Quand on sait que l’on peut se qualifier, on travaille encore plus. Tout le monde se donne les moyens d’y arriver. Pour nous, être dans la poule du Sénégal, c’était catastrophique avec un seul qualifié. »

Convaincre plus de binationaux

Thomas Fontaine, capitaine de Clermont en Ligue 2 ne cache pas non plus sa joie quant à la possibilité de se qualifier à la CAN 2019. « Le projet m’a plu et j’étais motivé. D’entrée de jeu tout le monde m’a mis à l’aise. Nous avons une chance de décrocher la deuxième place derrière le Sénégal », raconte celui qui a connu sa première sélection lors du match au Soudan. Le voilà prêt à travailler « d’arrache-pied » pour son club et la sélection. Histoire aussi de réjouir sa famille, un peu « surprise » de le voir désormais porter le maillot du pays, lui qui est né à La Réunion.

Depuis mars 2016, Nicolas Dupuis dit avoir convaincu plus de binationaux. Avec cette nouvelle formule de la CAN, d’autres joueurs pourraient avoir envie de grossir les rangs de la sélection malgache. Il peut en tout cas toujours compter sur son attaquant vedette, Faneva Andriatsima, champion de France de National en 2013 avec l’US Créteil. Le joueur du FC Sochaux, en Ligue 2, a inscrit 18 buts la saison dernière.

« Nous avons mûri tactiquement »

« Nous avons notre destin en main, il faut gagner les matches à domicile (en ce qui concerne les éliminatoires de la CAN 2019) », raconte Faneva Andriatsima. Le Sochalien reste persuadé que Madagascar a « de grandes chances d’y arriver ». L’ancien joueur de Créteil met en avant le travail effectué par Nicolas Dupuis. « Il y a une bonne ambiance et c’est pour cela que nous sommes dans une bonne dynamique. Grâce à lui, nous avons mûri tactiquement et il a apporté de la discipline », dit-il. Faneva Andriatsima explique que le football malgache était « plus instinctif » avant l’arrivée du coach.

A 33 ans, l’attaquant rêve de participer à une CAN avant de terminer sa « petite » carrière. « Notre problème, en Afrique australe, c’est de ne jamais être vu. Du coup aucun recruteur ne s’intéresse à nous. En cas de qualification, ce serait une dynamique pour nos joueurs locaux qui devraient en profiter ».

Garder le cap

Nicolas Dupuis pourra aussi compter sur le retour de Lalaina Nomenjanahary, très longtemps en délicatesse avec la fédération. Celui que l’on surnomme Bolida pourrait être présent lors des deux prochains matches amicaux de Madagascar à l’automne prochain : contre le Cap-Vert et la Centrafrique. Anicet Abel, qui évolue au Ludogorets Razgrad en Bulgarie, et Ibrahim Samuel Amada de l’ES Sétif en Algérie sont aussi des joueurs-cadres. Jérôme Mombris du Gazélec Ajaccio qui est en contact avancé avec le coach pourrait rejoindre très prochainement la bande.

« Je crois que jamais Madagascar n’est descendu à la 89e place du classement FIFA et notre objectif est désormais de se maintenir à ce niveau », lance le sélectionneur des Barea, pris d’affection par cette « petite nation » du football africain. Recruté en mars 2016 pour faire le point et donner son avis sur la sélection nationale malgache, l’ancien entraîneur d’Yzeure veut maintenant contribuer à son avènement.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *