Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Mairie de Douala IV : Serge Espoir Matomba met en difficulte le conseil municipal et le prefet du Wouri

AfricaPresse.com

Ecrit Par le 20 Dec 2013 Publié dans la categorie: Actualités, Politique


Serge-Espoir-Matomba-2

C’était lors de la session ordinaire du conseil municipal du 18 décembre 2013, consacrée au vote du budget de l’exercice 2014.C’est la salle des actes de la commune urbaine de Douala IV, qui a servi de cadre à cette session consacrée au vote du budget. Un budget  estimé  à un milliard cinq cent soixante quinze millions trois cent quatre vingt trois mille neuf cent soixante quatorze francs CFA.  Les conseillers municipaux, le préfet du Wouri NASERI Paul BEA, le Sous-préfet de Douala Zachuarius BAKOMA, les chefs traditionnels et autres personnalités présents  à cette cérémonie n’auront pas eu meilleur cadeau de noël que la présence de Serge Espoir MATOMBA, le conseiller du Peuple Uni pour la Rénovation Sociale (PURS). Tant ses différentes  prise de position ont été salué, tant elles arrivaient à point nommé tout court.

C’est  à 12h 5 minutes soit avec près de deux heures de retard,  que la séance a débuté.  À  l’ouverture des travaux, Serge Espoir MATOMBA a demandé la suppression du cinquième  point inscrit à l’ordre du jour, qui portait sur la présentation des travaux des commissions.  Un point,  que le conseiller du PURS estime illégale, car le conseil municipal de Douala IVème na pas possédé à une délibération du conseil municipal constatant et affectant les missions des commissions. Se réfèrent à la loi  N*2004-18, du 22 juillet 2004 fixant les règles applicables aux communes,  appuyer en cela par le décret N*2008/0752/PMDU du 28 avril 2008 précisant certaines modalités d’organisation et fonctionnement  des organes délibérantes des exécutifs de la commune, de communauté urbaine et de syndicat des communes, Serge Espoir MATOMBA déclare alors que : «  l’exécutif communal dans ses attributions n’a pas le droit de créer les commissions et de définir leurs rôles. Car c’est du ressort du conseil municipal de le faire tout cela étant constater par la délibération du conseil.

Les commissions ne peuvent pas siégées avant une délibération du conseil municipal. Au vu de tout cela nous constatons que les commissions sont illégales elles doivent par conséquent être créé selon la loi ».  Après cet argumentaire, le maire a menacé de faire expulser Serge Espoir MATOMBA hors de la salle, « impossible », affirme celui-ci tout en continuant dans son argumentaire qu’il : «  a reçu mandat de la population pour leur défendre ».

Pourquoi le maire KOUM AMOND FREDERIC ELANGUE et ses adjoints, ont-ils décidé de la constitution des commissions sans l’aval du conseil  municipal ? Difficile de savoir. Ce dernier s’est seulement contenté de clarifier d’une manière pas assez cohérente que : « les commissions ont déjà été formé et elles ont travaillé». Les travaux étant bloquer grâce  à cette misse au point du conseiller du PURS, plusieurs alternatives seront proposées, notamment le renvoi des travaux pour une prochaine séance, la modification de l’ordre du jour, et l’option du vote proposer par le Maire. C’est finalement l’alternative du vote qui a été adopté. Faux rétorque Serge Espoir Matomba à Naseri Paul BEA LE Préfet du Wouri, car il ne revient pas au maire d’en faire la proposition, mais plutôt au conseil municipal. Et là,   le  Préfet du Wouri étant coincé, le fin mot est finalement  revenu au conseil. L’on procède alors au vote  à main levé, 24 conseillers  ont voté pour la présentation des travaux des commissions  sur le 41 conseillers de ce conseil. 

Le budget en question

Apres ces différentes mises au point, le premier secrétaire du Peuple Uni pour la Rénovation Sociale, dans l’intérêt de la municipalité a décidé de travailler comme conseiller. En gros, c’est un budget avec beaucoup de manquement qui a été adopté. Un budget qui ne prend pas en compte les besoins réels des populations. Dans se budget 2014 de la mairie de Douala IV, on parle plus de l’achat de 6 véhicules, le recrutement du personnel, le remboursement de la dette de la mairie. Bref, c’est plus un budget de fonctionnement de la mairie, qu’un budget qui sert les populations. Près de huit cent soixante dix millions neuf cent cinquante quatre zéro soixante dix franc CFA, sont alloués rien que au fonctionnement de la mairie. Les priorités des populations comme, les routes  la santé et l’emploi jeune ont été  touché sans une véritable traçabilité.  Car, pour parler des  problèmes routiers et des hospitaliers d’une municipalité,  il faut au préalable les quantifiés d’où la notion de budget programme.

A coté de cela des doublons ont été signalé, des nouvelles commissions ne figurant pas dans le budget ont été présenté en salle. D’où l’inquiétude de Serge Espoir MATOMBA, qui pense que : « les populations  les ont fait confiance et  ils se doivent de les servir et non les  asservir.  Il faut donc prendre en compte leurs priorités ». Au finish,  le Maire a fini par faire son Mea-culpa auprès des conseillers en affirmant qu’il ne prendra plus de décisions sans les consultés, et le préfet de reconnaitre que toutes les voix sont utiles au sein du conseil, pour la bonne marche de la cité. Ce qui est tout à  l’honneur du conseiller du PURS au sein de cette municipalité, qui vient ainsi éveiller les consciences dans nos mairies qui se sont muées ces dernières années en caisse de résonnance.

© Correspondance : Armand-Rodolphe Djaleu

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *