Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Mamadou Niang : «Moussa Sow est un futur grand»

AfricaPresse.com

Ecrit Par le 1 Jun 2011 Publié dans la categorie: Actualités, Afrique, Sénégal


Pour Mamadou Niang, son compatriote Moussa Sow est un futur grand joueur. Il salue les performances du Lillois, meilleur buteur de la Ligue 1.
lille-moussa-sow-court-derriere-ballon
Avant de le retrouver en sélection, en vue de Cameroun-Sénégal, le 4 juin à Yaoundé, Mamadou Niang a posé un regard sur le Lillois Moussa Sow. Pour l’attaquant de Fenerbahçe, meilleur buteur de la Ligue 1 la saison dernière, sous les couleurs de Marseille, l’avenir de son successeur à ce palmarès est prometteur. ‘Lui, c’est un futur grand’, a déclaré le capitaine des ‘Lions’ au sujet de Moussa Sow avec qui il se dit prêt ‘à tout casser’ samedi contre le Cameroun.
Sow a marqué 23 buts cette saison. Il a devancé Niang de 5 longueurs. Battant le record de Jules Bocandé, premier des trois Sénégalais meilleur buteur de France, en 1985-1986 sous le maillot de Metz. Avec Lille, le ‘Lion’ a réalisé un doublé (coupe-championnat). Une saison fantastique.

Déçu de la deuxième place des Marseillais (‘parce qu’il y avait largement la possibilité s’ils avaient mieux négocié des matches clés à leur portée comme ceux face à Toulouse et Auxerre’), Niang tient malgré tout à saluer le sacre lillois.

L’attaquant de Fenerbahçe, qui se dit déçu de la deuxième place de l’Om, a rejoint les ‘Lions’ en tirant la langue. ‘Les jambes sont lourdes’, reconnaît-il. Une grosse semaine après avoir conquis le titre de champion de Turquie, l’attaquant sénégalais ‘se donnera à fond’ une dernière fois contre le Cameroun, le 3 juin, avant ‘des vacances bien méritées’. Il faut dire que pour son premier exercice sous les couleurs de Fenerbahçe, Niang, troisième meilleur buteur du Championnat (15 buts en 29 matches), n’a pas ménagé ses efforts pour apporter au club stambouliote le 18e titre de champion de son histoire. ‘A la fin, c’était difficile, souligne-t-il. J’ai serré les dents et j’ai bien fait.’ De ce premier exercice, il ne retient que ‘du positif’ malgré les éliminations prématurées en Ligue des champions, puis en Ligue Europa.

Dès son arrivée en provenance de Marseille l’été dernier, Niang a été totalement ‘adopté’ par le public des Sar Kanaryalar (les Canaris jaunes, Ndlr). Accueilli comme une rockstar à l’aéroport, l’ancien Olympien n’a ‘pas compris’ immédiatement où il mettait les pieds. ‘J’ai été surpris. Et puis, au fil de la saison, je me suis rendu compte de la ferveur et de l’engouement qui règne ici.’ De ce point de vue-là, il dit ne pas avoir été dépaysé par rapport à ce qu’il a connu à Marseille. Il a poussé le mimétisme jusqu’à remporter son deuxième titre de champion en deux ans. ‘Au départ, on marquait beaucoup de buts, mais on en prenait aussi énormément, raconte-t-il. A la trêve, alors qu’on était 4e ou 5e, le coach a décidé de changer totalement notre façon de jouer et ça a été LE tournant.’ Titularisé en pointe, Niang avait pour consigne de ‘se décaler sur un côté pour bien défendre’ dès lors que son équipe menait. ‘Même si j’aurais aimé marqué plus de buts, ça ne m’a pas dérangé. Les résultats ont donné raison au coach.’

Alors qu’il lui reste encore trois ans de contrat, Niang, 31 ans, s’imagine désormais ‘finir sa carrière à Fenerbahçe’. On lui demande si l’Om ne lui manque pas trop, lui dont le retour avait été réclamé par les supporters phocéens lorsqu’il s’était rendu au Stade de France assister au succès de Marseille en Coupe de la Ligue. ‘Marseille restera toujours mon club de cÅ“ur, répond-il. Ça m’a fait plaisir de voir que les supporters ne m’avaient pas oublié, mais je ne regrette rien. J’ai dû faire un choix difficile l’été dernier, j’assume.’

(Avec lequipe.fr)