Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Marafa–Fru Ndi: Un mariage contre nature


Ecrit Par le 1 Jun 2012 Publié dans la categorie: Actualités, Politique


Quelle mouche a donc piqué l’ex-secrétaire général de la présidence pour appeler à la rescousse les avocats du parti de Ni John Fru Ndi dont il a été le bourreau pendant les nombreuses années durant lesquelles il a officié comme ministre d’Etat en charge de l’Administration territoriale et de la Décentralisation?

La carpe et le lapin

La vie réserve vraiment des surprises! Qui en effet pouvait imaginer un jour que le prince de Bibémi, Marafa Hamidou Yaya pouvait avoir besoin des services du président du Sdf? Le rapprochement tactique opéré par l’ancien ministre d’Etat est comme un mariage entre la carpe et le lapin. La carpe est un poisson et le lapin un quadrupède, les deux animaux ne peuvent donc pas s’accoupler, du moins dans l’esprit de certains analystes. Ceux-là ont l’analyse trop courte. La chose est donc arrivée et essayons de la comprendre, de l’interpréter. Idéologiquement, tout sépare Marafa et les positions de ce parti de l’opposition.

Marafa reconnaît l’efficacité des Avocats du Sdf. En faisant appel aux avocats du Sdf, l’ancien secrétaire général de la Présidence de la République reconnaît qu’il y a du bon du côté du premier parti de l’opposition. Cela veut dire que Marafa reconnaît la justesse des points de vue, des dossiers que ces avocats défendaient contre le Rdpc quand celui-ci truquaient les élections, prenaient des décisions fantaisistes à l’Assemblée nationale où il est largement majoritaire.

Bien entendu, il n’est pas interdit à un individu, quelles que soient ses opinions politiques de s’adresser pour sa défense à un avocat qui a des opinions contraires. On a déjà vu en France, Me Roland Dumas, Ministre sous François Mitterrand et donc socialiste défendre des personnalités de la droite française. Il est donc tout à fait normal et régulier que Marafa demande de l’aide au Sdf.

L’argent n’a pas de couleur

L’argent n’a pas de coloration politique. Marafa Hamidou Yaya et ceux qui le soutiennent ont beaucoup d’argent à dépenser. Et le Sdf en a besoin pour renflouer les poches de ses avocats et ses propres caisses. Quelle aubaine donc pour le parti de Ni John Fru Ndi.

Marafa veut associer le Sdf dans sa lutte contre Paul Biya.

L’ancien ministre d’Etat a compris ou estimé que seul, il ne peut pas tenir dans le bras de fer qu’il a engagé contre le Président de la République. En effet, après avoir ameuté l’opinion publique nationale et internationale à travers ses trois lettres à Biya, il était temps pour lui de se tourner vers un parti politique de poids comme le Sdf, fût-il de l’opposition. Après donc l’opinion publique et le Sdf, demain Marafa pourrait bien faire appel à une institution religieuse, musulmane, chrétienne ou autres pour défendre sa cause en écrivant par exemple aux imams, ulémas et autres pasteurs et évêques. C’est que Marafa veut mettre tout le monde dans le coup. Ainsi dans les jours à venir il pourrait s’adresser aux nombreuses sociétés ésotériques qui foisonnent dans notre pays.

Marafa, une source capitale d’informations pour le Sdf.

L’ancien secrétaire général de la Présidence de la République sait pourquoi il a fait appel aux avocats du Sdf. Et Fru Ndi a de bonnes raisons d’accepter. Si le Chairman a autorisé les avocats du parti, cela va lui permettre de récolter une masse d’informations cruciales. Ainsi, pourra-t-il entrer en possession d’informations confidentielles sur le fonctionnement du régime Biya et qu’il pourrait bien exploiter pour mettre en difficulté le locataire du palais d’Etoudi.

Gagnant – gagnant

Comme on peut le constater, la relation qui vient de s’établir entre Marafa et Fru Ndi n’est pas dénuée d’arrière-pensées dans chacune des parties comme nous l’avons souligné plus haut. C’est du gagnant-gagnant comme diraient les Chinois. On ne peut pas dire comme certains confrères l’ont relevé que c’est seul Fru Ndi et son parti qui tirent profit dans la relation qu’ils auront avec l’ancien ministre d’Etat en charge de l’Administration territoriale et de la Décentralisation.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>