Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Mission du FMI dès le 1er mai, économie nationale et projets structurants au menu

AfricaPresse.com

Ecrit Par le 2 May 2012 Publié dans la categorie: Actualités, Economie


Auparavant sous ajustement structurel, le Cameroun n’est plus depuis trois ans un pays sous programme du FMI, grâce à l’atteinte du point d’achèvement de l’initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE) de la Banque mondiale, en 2006.

Certes à caractère ordinaire, la mission annoncée et qui a lieu tous les ans ne manquera pas toutefois de sacrifier à la tradition des « discussions franches avec les autorités du Cameroun sur tous les secteurs » accompagnées de recommandations, a expliqué le représentant résident du FMI au Cameroun, Ekué G. Kpodar. Comme d’habitude, il s’agira d’examiner l’évolution de l’économie et de la situation financière camerounaise en comparaison avec l’environnement international, qui continue encore d’être marqué par la crise de la dette en Europe.

Cette crise fera l’objet d’un séminaire en marge des discussions entre la délégation du FMI et le gouvernement camerounais. Pour l’instant, les conséquences de la difficile conjoncture européenne sur une économie comme celle du Cameroun restent minimisées, car, « le fait que nos Etats soient moins intégrés à l’économie mondiale au plan financier, ça réduit l’impact », a fait savoir Kpodar.

Cette analyse confirme celle faite récemment par la représentation locale de la Banque mondiale. Pour le fonctionnaire du FMI, le Cameroun, contrairement à la récession économique mondiale de 2008-2009, subit actuellement un impact négligeable parce qu’il « bénéficie de l’effet prix du pétrole. C’est quand même un pays exportateur net. Les prix augmentent, ça bénéficie aux recettes pétrolières de l’Etat ».

« C’est encore quelque chose sur lequel on va travailler. Les projections du marché pétrolier sont assez conservatrices. Cela signifie que l’Etat camerounais va avoir un bonus au niveau de ses recettes », a-t-il insisté.

Pour 2012, le FMI a projeté une croissance du PIB (produit intérieur brut) de 4,5% concernant le Cameroun, contre un objectif de 5,5% fixé par les autorités de Yaoundé elle-même. De 3,8%, ses estimations portant sur l’année écoulée sont aussi aux statistiques gouvernementales établies à 4,1%. Une nouvelle évaluation est en cours et sera communiquée en juin.

De manière générale, ces indicateurs confirment par-dessus tout une consolidation de la croissance économique camerounaise, au sortir de la récente crise économique dont elle avait subi sévèrement les effets en se situant à 2% en 2009, soit le taux le plus bas au cours des dix dernières années.

Au classement des agences de notation internationales, cette économie est évaluée à « BB stable » par Standard and Poor’s, contre « BB- » de la part de Fitch and Reting. Deux appréciations différentes qui traduisent chacune un environnement à risque mais avec une tendance acceptable pour l’investissement.

Dans une logique de diversification des sources de financement de son économie, le Cameroun, après un premier emprunt obligataire à succès de 100 milliards de francs CFA (200 millions USD) fin 2010 pour un taux d’intérêt de 5,6%, expérimente depuis novembre 2011 le recours à l’épargne nationale à travers l’émission de bons du trésor.

Les deux premières de ces opérations, d’un montant respectif de 10 et 8 milliards de francs CFA (20 et 16 millions USD) et d’une maturation de treize semaines pour un taux d’intérêt de 1,75%, ont déjà été remboursées. Une deuxième séquence de cinq émissions de bons du trésor d’une maturation de vingt-six semaines a suivi. D’une valeur de 10 milliards de francs également, la première de celles-ci est prévue d’être remboursée le 8 juin.

« Il faut encourager l’Etat à aller dans cette direction. Ça lui permet de tenter sa crédibilité et ses besoins. Ça permet aussi de moderniser les instruments de gestion de la trésorerie de l’Etat, en rendant celle-ci plus dynamique et plus efficace », juge Ekué G. Kpodar.

A la faveur de l’allègement de sa dette bilatérale et multilatérale consécutif à l’atteinte du point d’achèvement de l’initiative PPTE, le Cameroun connaît aujourd’hui un niveau d’endettement assez bas. Mais, le FMI recommande la prudence en appelant à éviter un ré-endettement rapide et à « créer des conditions en vue d’attirer plus d’investissements et de maintenir la stabilité économique ».

Avant de rencontrer les autorités du pays à Yaoundé, la mission qui arrive ce mardi débutera ses contacts à Douala, la métropole économique camerounaise, avec les banquiers, les représentants du patronat, les grandes entreprises, etc., informe le représentant au Cameroun. Un déplacement à Limbe (Sud-Ouest) portera sur une visite des installations en cours de modernisation de la Société nationale de raffinage (SONARA).

Ekué G. Kpodar

Projet phare de la politique des « grandes réalisations » du nouveau septennat du président Paul Biya, le port en eau profonde en cours de construction à Kribi (Sud) sera aussi un point focal de la mission de délégation venue de Washington aux Etats-Unis.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current day month ye@r *