Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Partenariat Economique: 20% des échanges resteront protégés

Ecrit Par le 24 Apr 2012
Publié dans la categorie: Actualités, Economie

Le secrétaire d’Etat parlementaire auprès du ministre fédéral de l’Economie et de la Technologie de la République fédérale d’Allemagne a échangé sur la question avec le Groupement inter patronal du Cameroun le mardi 17 avril 2012, à Douala. L’Accord de partenariat économique (Ape) a été au centre des discussions ce 17 avril 2012 entre la délégation allemande, le conseil exécutif du Gicam et les représentants de la Chambre de commerce d’industrie des mines et de l’artisanat du Cameroun (Ccima). Ernst Burgbacher, le chef de la délégation a longuement insisté sur les modalités de mise en musique de cet accord, modalités qui, depuis plusieurs mois, sont à l’origine des blocages tous azimuts. D’après l’Allemand, l’ouverture des frontières ne sera pas totale, car, apprend-il, «20% des échanges resteront protégés», notamment en ce qui concerne l’agriculture. Ernst Burgbacher a également rappelé l’importance de l’Ape pour les pays de l’Union Européenne, mais aussi pour les pays Acp qui bénéficieront de l’ouverture des frontières. En réponse, le président du Gicam, a réaffirmé son inquiétude car le ratio est faible, 80% contre 20%. Tout en insistant sur la tendance de toutes les économies dans le monde à protéger leurs industries. André Fotso a ainsi proposé de repenser le calendrier de l’Ape, en proposant que les négociations se déroulent de manière graduelle et consensuelle. Au sujet du souci de protection des producteurs camerounais, le Secrétaire d’Etat allemand adhère à l’idée. Il apprend ainsi que dans les mécanismes compensatoires, il est prévu une période de transition de 15 ans pour les entreprises produisant les biens qui ne seront plus protégés.

André Fotso a insisté sur un aspect primordial pour les entreprises camerounaises. Il s’agit de la nécessité de mettre à niveau les entreprises camerounaises et particulièrement les Pme locales, à la veille de l’ouverture des frontières. «Celles-ci, en plus de l’environnement économique qui leur est peu favorable, du fait du manque de technicité et d’infrastructure, seront confrontées aux entreprises européennes plus compétitives», présage le président de la holding Taf Investment group. Plusieurs autres sujets ont été abordés au cours de cet échange. C’est le cas des conditions de création d’entreprises au Cameroun, notamment sur les modalités d’investissements. Un sujet posé sur la table par un membre de la délégation allemande. Les Allemands établis déjà au Cameroun ont rassuré leurs compatriotes sur l’attractivité de l’économie camerounaise.

Ernst Burgbacher

C’est le cas du représentant de Lufthansa, partenaire de Camair Co, ou encore de la SAP. «Le retour sur investissement est garanti», ont-ils témoigné.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>