Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Polémique sur l’Université Catholique d’Afrique Centrale: La mise au point de Mgr Tonye Bakot

Ecrit Par le 23 Jul 2012
Publié dans la categorie: Actualités, éducation, Religion

Alors que le débat s’anime au sujet de statistiques concernant les origines des enseignants et étudiants de la Faculté des sciences sociales et de gestion de l’Université catholique d’Afrique centrale, le Grand chancelier de l’UCAC s’explique.

« 1- L’ACERAC, responsable et fondatrice de l’UCAC, est l’Association des conférences des évêques d’Afrique centrale, regroupant le Cameroun, la Centrafrique, le Congo (Brazzaville), le Tchad, le Gabon, la Guinée Equatoriale.

A l’occasion de la première visite du pape Jean-Paul II au Cameroun, en août 1985, un comité de laïcs avait demandé la création d’un Institut catholique à Yaoundé. Le pape Jean-Paul II, ouvert à cette sollicitation jugée opportune, a créé l’université catholique d’Afrique centrale, Institut catholique de Yaoundé regroupant les 6 pays mentionnés.

2- De 1991 à 2008, pendant plus de 15 ans, le Grand chancelier était le cardinal Christian Tumi, nommé par la Congrégation romaine pour l’éducation catholique. En juillet 2008, les évêques de l’ACERAC ont élu un autre Grand chancelier, en la personne de l’archevêque de Yaoundé, Mgr Victor Tonye Bakot.

Qu’est-ce qu’un Grand chancelier ? Il est comme un président de conseil d’administration dans une société. Il préside au conseil supérieur dont les représentants sont nommés par chaque conférence épiscopale des pays de l’ACERAC.

C’est ainsi que les 7 et 8 juin derniers, un conseil supérieur convoqué par le recteur de l’UCAC, le père Richard Filakota, un Centrafricain, et avalisé par le Grand chancelier, s’est tenu sur le campus de Nkolbisson, conseil au cours duquel un certain nombre de décisions et de résolutions ont été prises. Entre autres décisions, la nomination du père Ludovic Lado, SJ, comme professeur de 3e classe ; la prorogation du mandat du père Kisito Forbi, SJ, comme doyen de la faculté de philosophie ; tous les deux jésuites, et bénéficiant des encouragements de l’UCAC.

Ce même conseil a reçu des statistiques concernant les enseignements et les étudiants de la faculté des Sciences sociales et de gestion de l’UCAC. Ces statistiques confirment le pressentiment des membres dudit conseil au sujet d’un certain nombre de recrutements des enseignants et des étudiants. Alors, le conseil supérieur a demandé expressément au doyen de la faculté des Sciences sociales et de gestion, d’éviter que le déséquilibre régional ne perdure, et qu’on corrige progressivement cette situation devenue scandaleuse, parce que l’université catholique n’appartient pas à un pays, encore moins à une région du Cameroun qui en compte 10. Le conseil supérieur estime que c’est une exigence de charité sinon de justice.

En outre, les décisions qui sont prises doivent être rendues officielles par un mandataire qui n’est autre que le Grand chancelier, qui ne prend pas de décision en son nom, mais au nom de la collégialité épiscopale qu’il représente en tant que mandataire. Evitons donc l’amalgame, à savoir, un mandataire est contre une région. Il ne saurait agir ainsi sans outrepasser ses prérogatives de mandataire.

Les évêques sont des pasteurs qui doivent promouvoir la justice, la charité, le bien commun. En demandant que l’université catholique soit ouverte à tous en Afrique centrale, ce conseil ne fait que réaliser la mission de l’Eglise, où tous sont invités au partage, en tenant compte des compétences et du mérite, bien sûr. En invitant tous au partage et à la probité éthique, cela ne peut être qu’évangélique.»

Le Grand Chancelier de l’UCAC
Mg Tonye Bakot

3 Responses to Polémique sur l’Université Catholique d’Afrique Centrale: La mise au point de Mgr Tonye Bakot

  1. RIMBE RINGO

    24/07/2012 at 15:29

    Salut!
    Que de telles statistiques soient effectuées et rendues publiques dans toutes les Universités, y compris, d’Etat. C’est cela la TRANSPARENCE et la BONNE GOUVERNANCE! On en aura des surprises (à Polytechnique, à la FMSB, à l’ENAM, ENS Yde, etc!!! Et pourquoi pas en dehors des Universités dans les Ministères!
    Du reste, le Grand Chancelier doit se tranquilliserr; car s’il y en a qui ont peur de la vérité, c’est leur problème!
    Monseigneur Tonye Bakot a aussi procédé à un nouveau redécoupage administratif, consacrant le fait qu’il n’ ya qu’une seule région pour les moutons du Nord (tous musulmans de Garoua); mais reconnaissant tout de même que la région du Sud existe et est bien distinct du Centre. Je rappelle ici que ces deux régions et les trois (alors appelées provinces) septentrionales avaient été créées ensemble, par Paul Biya entre 1983-1984!
    Voilà qui en di long sur la marginalisation de ceux qu’on désigne communément “bétail electoral”.
    Nos faire-valoir (Cavaye Yéguié, Mgr Kléda, Ayang Luc, Tikela Kemonne, Amadou Ali etc..;) devraient comprendre l’Etat d’esprit des ceux (Sudistes) qui nous considèrent comme des citoyens de non-droits vis à vis des citoyens de plein droits Sudistes (dont Mgr Tonye).
    La bagarre se passe entre eux Sudistes (Bétis et assimilés cotiers VS Bamilékés).
    L”Exxtrême Nord reste la région la plus peuplée, dynamique et délaissée. Même par l’Eglise a peur d’appliquer les principes du mérite ne serait-ce que pour reconnaitre notre existence administrative!

    Que Dieu vous bénisse!

  2. Amougou Kwayep

    24/07/2012 at 18:33

    Je suis très triste de ce qu’une chose pareil soit sortie d’un prélat. J’ai toujours su qu’un homme de Dieu pouvais tomber du haut mais pas aussi bas. Le prélat peut dit tout ce qu’il veut ( mandataire, porte parole), nous ne sommes pas de la foutaise. Nous savons au fond de nous que cela vient du prèlat et ceux qui l’encourage à propager cet Evangile de la Haine et de la division (dire que lui aussi veut politiser ce qu’on ne doit pas politiser). Pourtant nous les jeunes on s’aime et on se sent bien ensemble. Domage qu’au Cameroun il faut toujours des vieux de ce calibre pour nous apprendre le tribalisme et la séparation. voyez comme on s’aime sans tenir compte de nos provenance et ayez honte de vous même. Le Prèlat est tombé très bas. il ne mérite pas d’être un pasteur oui il ne mérite pas. Il est un mercenaire qui divise. Je suis un Chrétien mais je me demande si cela vaut la peine. Anyway celui qu’on suis c’est pas le sois disant prélat (le loup) mais plutot le Vrai Berger Le Christ. Mr le prélat vous devez vous confesser pour un si grand péché et un si grand mal qui sait, le Seigneur vous pardonnera peutêtre.

  3. Celine Burdy

    02/08/2012 at 20:37

    Je ne souhaite pas commenter par rapport aux statistiques sur la base ethnique bien que je sois d’avis qu’il faille instaurer des quotas, pour une meilleure représentativité ethnique. Mais la représentativité ethnique ne devrait pas rester la seule préoccupation des Évêques responsables de l’UCAC. Ils pourraient aussi chercher à voir les statistiques sur d’autres paramètres sociologique, par exemple combien de fils de “riches” par rapport au nombre de fils de “pauvres”. On pourrait être surpris de constater que l’UCAC ne compte que les “fils de riches” ou tout au moins de personnes bien nanties capables de débourser 1 000 000 à 1 500 000 FCFA par année d’études au titre de l’écolage. Un paysan de mon village aura difficilement les moyens d’assurer les études de son fils à l’UCAC, quelque soit ses performances académiques. Je me demande où est l’esprit de partage, où est la justice sociale dont parle M. le Grand Chancelier quand il dit que ” les évêques sont des pasteurs qui doivent promouvoir la justice, la charité, le bien commun. En demandant que l’université catholique soit ouverte à tous en Afrique centrale, ce conseil ne fait que réaliser la mission de l’Eglise, où tous sont invités au partage, en tenant compte des compétences et du mérite, bien sûr. En invitant tous au partage et à la probité éthique, cela ne peut être qu’évangélique.” On peut difficilement penser que dans les conditions actuelles, l’UCAC est ouverte à tous. Ma modeste suggestion est de prendre aussi en considération le paramètre “niveau de revenus du parent” lorsque le moment sera venu d’instaurer des quotas.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>