Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Porosité des frontières: Bernard Messengue Avom prend la Poudre d’escampette par Douala


Ecrit Par le 28 Apr 2012 Publié dans la categorie: Actualités, Société


L’Information n’est pas encore sur la place publique, mais dans les milieux de la police et particulièrement du Commissariat Spécial de l’aéroport international de Douala, le sujet anime les discussions sous cape. Le ministre Bernard Messengue Avom, ministre des travaux publics dans le gouvernement Philémon Yang jusqu’au soir du 9 octobre 2011 lors du dernier remaniement ministériel a quitté le Cameroun en douce. Selon des informations recoupées à bonne source, il est passé par l’aéroport international de Douala. Curieux! Pourtant, ce n’est qu’un secret de polichinelle de dire qu’il fait partie de la liste des anciens gestionnaires de la fortune publique sur qui plane l’épée de Damoclès de l’Opération pour cause de prévarication. Le rapport de la Commission nationale anti-corruption (Conac), n’a pas fait dans la dentelle pour l’incriminer dans l’attribution du marché public de la construction de la route Ayos mettant notamment en cause le ministre des Travaux publics (Mintp), d’alors Bernard Messengue Avom. Au point que lors des échanges entre le vice-Premier ministre/ministre de la Justice, Amadou Ali et les députés à l’occasion de la plénière d’adoption de la loi autorisant le président de la République à ratifier la convention de l’Union africaine sur la prévention et la lutte contre la corruption soit essentiellement consacré sur la question. Avant de poursuivre que ce dossier fait l’objet d’une enquête. «Je vous rappelle que ce dossier concernant la route Ayos-Bonis a été suivi par plusieurs ministres. Ce n’est pas nécessairement le ministre en poste qui est mis en cause.» Cela n’a pas suffit pour l’en dissuader. Ce d’autant plus que Amadou Ali a rassuré les députés que «les responsabilités des uns et des autres seront connues à l’issue de l’enquête conduite par les magistrats. Les mis en cause auront l’occasion de venir se défendre lors des audiences publiques. Vous êtes sans ignorer qu’en matière d’enquête, les auditions sont tenues secrètes. Même si les avocats qui assistent aux audiences les rendent publiques».

Bernard Messengue Avom

Comment a-t-il pu passer entre les mailles des filets des fins limiers de la police des frontières? A-t-il réussi à se dissimuler ou alors il y a eu des complicités au sein de la police, mieux au sommet de l’Etat? Tant et si bien qu’il n’est pas sorti par l’aéroport international de Nsimalen, mais par celui de Douala. Pis encore, comment a-t-il fait pour rentrer en possession de son passeport qu’on savait retire. Certaines indiscrétions rappellent qu’il fait partie de la belle famille présidentielle. Cette belle famille qu’on dit avoir déjà payé au prix fort les foudres de l’Opération Epervier, au point de Mettre en mal l’intégrité et l’entregent de la première dame, Chantal Biya.

En somme, on insinuerait qu’elle aurait obtenu cette exfiltration pour éviter les foudres caudines de sa famille au moment où se profile à l’horizon les prochaines échéances électorales de proximité. Surtout que dans le cas d’espèce, on évoque la sortie clandestine de son prédécesseur, le député Ambassa Zang, aujourd’hui en exil. Afin d’éviter de faire passer les gestionnaires de la fortune publique proche de la première dame comme étant les véritables pilleurs des deniers publics. Mais cette fuite de Bernard Messengue Avom pose un autre problème, celui de savoir pourquoi le président Paul Biya ne laisse pas la justice interpeller les membres du gouvernement et autres directeurs généraux de sociétés étatiques et parapubliques en fonction?

Est-ce pour mieux les endormir de ce qu’ils continuent à jouir de sa confiance et que même après avoir été relevés de leurs fonctions, ils gardent espoir de revenir aux affaires, et par ricochet de rester au pays?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current ye@r *