Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Sérail- Luttes de positionnement: Les pontes et clans du régime se livrent une guerre sans merci

Cameroon Info

Ecrit Par le 20 Jan 2014 Publié dans la categorie: Actualités, Politique


palais_etoudi

Les allégations de l’ex patron de la territoriale, Marafa Hamidou Yaya, contenues dans les câbles diplomatiques revelés par le site Wikileaks, ainsi que certains paragraphes de « lettres d’ailleurs », l’ouvrage de l’ancien Sgpr Jean-Marie Atangana Mebara, confortent à souhait l’opinion selon laquelle il ne fait pas bon vivre au sein du sérail. Entre trahisons, délation, crocs-en-jambe, jalousies et coups bas de diverses natures. Il va sans dire que les pontes et clans du régime se livrent d’ores et déjà une guerre sans merci, dans la perspective de l’après-Biya.

Aussi, tous les moyens sont bons pour détruire ou neutraliser tout éventuel concurrent ou rival, pourvu qu’ils soient efficaces dans l’optique de cette bataille acharnée, à la conquête du pouvoir. Récemment, au détour de la dernière visite du couple présidentiel au Vatican, certains tabloids financés par un multimilliadaire originaire du grand nord, avec la bénédiction du secrétaire permanent du conseil national de la sécurité Paul Atanga Nji, avaient imprudemment annoncé à cor et cri, que l’actuel vice-Pm chargé des relations avec les assemblées, Amadou Ali avait été pressenti par Paul Biya, pour le poste de premier ministre.

Pire, ces journaux étaient même allés jusqu’à donner la composition du futur gouvernement, démentant ainsi les usages qui voudraient que c’est après la constitution intégrale du cabinet, que Paul Biya demande in-extremis au chef du gouvernement, si ce dernier avait des propositions à faire pour tel poste ou pour un tel autre.

Diviser pour mieux règner

Cette fois-là, pour déstabiliser le balafré de Kolofata, la meute de médias à charge, commis pour la sale besogne, était même allé jusqu’à limoger des grosses pointures du renouveau comme: Laurent Esso ou encore René Emmanuel Sadi. En contrepartie, de fortes sommes et des insertions publicitaires, d’une nouvelle entreprise de téléphonie mobile dont le richissime homme d’affaires serait le promoteur, ont été distribuées. Au finish, l’objectif a été atteint compte tenu qu’ Amadou Ali n’a point été promu, comme nouveau locataire de l’immeuble étoile.

Selon nos sources, des cas similaires seraient légions dans l’establishment actuel. Soupçonné il y’a quelques années de vouloir suppléer le Président Biya, Edouard Akame Mfoumou, alors tout-puissant grand argentier de l’Etat (ministre des finances) avait, nous dit-on, été trahi par son propre frère du Dja et Lobo, Michel Meva Meboutou’ou (secrétaire général de l’assemblée nationale à l’époque des faits). En effet, il se murmure dans les couloirs de l’hémicycle de Ngoa Ekellé, que c’est après qu’il eût clamé haut et fort que compte tenu de l’embellie économique, une hausse des salaires des fonctionnaires pouvait être envisagée, qu’Edouard Akame Mfoumou avait été limogé et remplacé par son tombeur Michel Meva’a Meboutou au ministère des finances.

Sinon, n’a t-on pas aussi vu certains grands dignitaires du RDPC pour le grand nord ourdir des vins d’honneur après la chute de Marafa Hamidou Yaya?

Même si le monde de la politique n’est que fait de bêtise et de méchancété pour paraphraser Machiavel. Quelques observateurs avertis de notre landerneau politique interrogés sous anonymat, infèrent que c’est ce stratagème, du « diviser pour mieux rêgner », qui a permis à l’homme du 06 novembre, de protèger son fauteuil jusqu’à lors.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current ye@r *