Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Tunisie: la ministre des Finances remplacée après ses propos sur le dinar


Ecrit Par le 1 May 2017 Publié dans la categorie: Actualités, Afrique, Tunisie


000_hv0el_0Fadhel Abdelkefi, le ministre de l’Investissement et la Coopération internationale, assure l’intérim au ministère des Finances tunisien.

La ministre des Finances a été limogée dimanche soir 30 avril tard dans la soirée. Les raisons de son départ n’ont pas été précisées, mais elle était critiquée depuis plusieurs semaines pour des déclarations sur la monnaie nationale, le dinar tunisien. Elle avait expliqué que la banque centrale ne pouvait plus défendre la valeur du dinar comme avant, et que la monnaie allait donc chuter progressivement. Pourtant, la chute a été spectaculaire ces dernières semaines.

En quelques jours seulement, fin avril, le dinar tunisien a perdu jusqu’à 10% de sa valeur face à l’euro et atteint un niveau historiquement bas. La chute semble interrompue pour le moment, mais elle continue d’inquiéter de nombreux Tunisiens et la centrale patronale Utica. Les chefs d’entreprises s’alarment du prix auquel ils vont devoir payer les produits ou les matières premières qu’ils importent. Les particuliers, eux, se préoccupent du prix de certains aliments comme les bananes ou bien de produits industriels importés.

Face à cette chute du dinar, les propos de la ministre des Finances ont été pointés du doigt. Alors que le Fonds monétaire international venait de débloquer une nouvelle tranche d’un crédit accordé à la Tunisie, crédit libellé en devises étrangères, Lamia Zribi avait déclaré que la Banque centrale n’avait plus les moyens de défendre la monnaie nationale comme avant, à cause du déficit commercial du pays.

Après la polémique soulevée les jours suivants, elle a dénoncé une campagne contre elle et a expliqué n’avoir évoqué à aucun moment la dévaluation de la monnaie. Sans succès.

Elle a affirmé que le dinar est surévalué et qu’il devrait atteindre d’ici peu la valeur de un euro pour trois dinars, sachant qu’actuellement un euro coûte un peu mois que 2,5 dinars. Donc ceci a déclenché une vague d’anticipation et de demandes de monnaies étrangères, en particulier l’euro et le dollar, ce qui a obligé les autorités monétaires à fermer les marchés de devise parce qu’il y a eu une crainte que les réserves de changes dont dispose actuellement la Tunisie ne suffisent pas pour faire face à cette vague de demandes massives.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *