Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Université de Douala: Le passeport de Bruno Bekolo Ebe retiré

Aurore Plus

Ecrit Par le 10 Jul 2012 Publié dans la categorie: Actualités, Société


Depuis vendredi le 6 juillet 2012, l’ex-recteur de l’Université de Douala, Bruno Bekolo Ebe a été dépossédé de son passeport. Ce qui compromet Bruno à l’universitaire de prendre ses congés annuels comme il l’avait projeté et même de dispenser éventuellement les cours à l’étranger. Lors de la cérémonie de passation de service, Bruno Bekolo Ebe a indiqué qu’il entendait continuer à dispenser des cours. Rassurant au passage ses étudiants de Doctorat et aux jeunes assistants sa volonté de poursuivre le travail qu’il avait engagé avec eux. L’annonce du retrait de son passeport a donné froid au dos à ses étudiants qui y voient compromise la poursuite des travaux qu’ils avaient entamés avec lui. Ce d’autant plus que, leur enseignant n’aura plus toute la sérénité pour assumer leur encadrement.

Bruno Bekolo Ebe

En revanche, pour plusieurs autres observateurs, ce retrait du passeport du Pr Bruno Bekolo Ebe était prévisible au regard de sa convocations au Conseil de discipline, budgétaire et financier du Contrôle supérieur de l’Etat dans le même sillage que le Dg de la Société de développement du Coton (Sodecoton), Iya Mohammed, le Secrétaire exécutif du Gce Board en charge des examens officiels de l’enseignement anglophone. Une convocation qui fait suite au rapport pas très reluisant des fins limiers du Contrôle supérieur de l’Etat (Consupe) qui ont séjournée à l’Université de Douala pendant plusieurs semaines. Et dans lequel, il ressort plusieurs erreurs et irrégularités de gestion portant sur plusieurs centaines de millions Fcfa.

C’est pourquoi dans le principe du contradictoire, il est convoqué au Conseil de discipline budgétaire et financier (Cdbf) pour aller se justifier. Des explications qui doivent être appuyées des pièces justificatives à remettre au rapporteur dans un délai prescrit ne dépassant pas très souvent cinq jours suivant la réception de la présente demande. En attendant que cette instance de contrôle des gestionnaires et ordonnateurs dirigeants des sociétés et institutions étatiques dont les dossiers sont en instance devraient être interdits de sortie du territoire national.

S’il est vrai que les erreurs de gestion ne donnent pas droit aux poursuites judiciaires, Il n’en demeure pas moins vrai que certaines irrégularités et pas toutes, peuvent déclencher une procédure judiciaire. Notamment lorsqu’elles s’apparentent à des malversations financières. « Et pour avoir été pendant 9 ans sans discontinuer recteur de l’Université de Douala, le Pr. Bruno Bekolo Ebe comme tout gestionnaire et ordonnateur de dépenses de quelque niveau que ce soit ne peut être exempt de tout reproche », soutient une source de la brigade économique de la police judiciaire. Mais pour cela, il faudrait encore que le procureur qui est membre du Cdbf et qui décide de l’opportunité des poursuites enclenche la procédure judiciaire.

« Il n’est pas toujours évident que cette décision soit unilatérale. Il faut pour cela avoir l’aval de la Chancellerie, elle-même devrait attendre que l’exécutif ordonne la mise en mouvement de l’action judiciaire», souligne un enseignant de droit. C’est une autre paire de manche, car les réseaux et les lobbies sont très souvent mis en branle pour empêcher au protégé des déconvenues pareilles. Qu’en sera-t-il du Pr Bruno Bekolo Ebe ? Pendant ses neuf années passées à la tête de l’Université de Douala, il a géré un énorme et toujours croissant budget d’un exercice à un autre, avec un nombre d’étudiants galopant et d’importants budgets d’investissements aditifs destinés à l’extension de l’Université, la construction des infrastructures et l’acquisition du matériel mobile et immobilier. Auquel il faut ajouter la gestion du budget de la Fédération du sport universitaire dont il est le président.

Une scabreuse affaire de 850 millions Fcfa

Autant de fautes des gestions qui pourraient donner lieu à des malversations financières. On se souvient qu’en son temps, il y a eu des fractionnements des marchés qui lui ont été reprochés. S’il y a bien un dossier épineux qui plane sur sa tête comme l’épée de Damoclès, c’est bien, le détournement financier de près de 850 millions Fcfa qui avait conduit son frère cadet ? Luc Macaire Ebe, alors contrôleur financier de l’Université de Douala à la prison centrale de Douala. Ce dernier ayant prétend-on imiter la signature de son frère aîné, qui n’est autre le recteur de cette institution universitaire. Par la suite Luc Marcaiare Ebe s’est suicidé en laissant une lettre dont la teneur n’a jamais été rendu public. Une affaire scabreuse tant, il se susurre que ce suicide « maquillée » était une évasion savamment organisée avec la complicité de la Brigade de gendarmerie de Logbessou et des autorités judiciaires territorialement compétentes. Sortie pour une corvée avec une escorte de garde-prisonniers, il sera déclaré, retrouvé pendu dans son domicile avec échappé à la vigilance des ses geôliers. Seulement soutiennent certains hauts cadres de l’Université de Douala qui délient leurs langues sous anonymat, « la dépouille n’a jamais été présentée, ni comme c’est de coutume au moment de la découverte, ni lors des obsèques.»

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current day month ye@r *