Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Wikileaks : Biya veut les aveux d’Inoni, Atangana Mebera, Abah Abah, Olanguéna…

Ecrit Par le 22 Jun 2011
Publié dans la categorie: Actualités, Politique, Présidentielle 2011, WikiLeaks

Dans un de ses câbles, Wikileaks rapporte qu’au cours d’une audience accordée à Janet Garvey, ex-ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun, Paul Biya s’est confié, entre autres sujets, sur la conduite de l’opération Epervier. Aussi aurait-il indiqué à la diplomate, être déçu que les fonctionnaires arrêtés n’aient pas de remords. Il s’exprime sur les cas Inoni, Mebara, mais également sur le fonctionnement d’Elecam.

Biya comme on ne l’avait jamais vu. Voilà comment l’on pourrait résumer le câble des services secrets américains rapportant une audience qu’avait accordée le chef de l’Etat camerounais en début 2010 à l’ambassadeur des Etats-Unis à Yaoundé. Faisant le tour d’horizon de l’actualité nationale et internationale sous toutes ses coutures avec son hôte, le président de la République lui a livré son opinion sur de nombreux sujets. Il a notamment longuement insisté sur l’Opération Epervier qu’il avait avoué piloter en personne afin de neutraliser les fonctionnaires qui auraient des relations incestueuses avec l’argent public.

Il annonçait déjà à Janet Garvey, ex-ambassadeur des Etats-Unis, la série d’arrestations intervenues en janvier 2010. Les Américains le notent en ces termes dans leur câble : « Il a prévu plus d’arrestations dans le cadre de la lutte anti-corruption, affirmant qu’il ne laisserait pas les fonctionnaires corrompus hors de la prison jusqu’à ce qu’ils aient montré des remords ». Quelques jours avant cette audience, Haman Adama, Roger Ntongo Onguéné, Henri Engoulou, Cathérine Abéna étaient happés par le redoutable rapace.

Mais déjà, juste au moment de l’annonce, l’ambassadeur américain avait félicité Paul Biya pour son intérêt à lutter contre la corruption. Selon le même câble, la diplomate l’avait encouragé à aller dans ce sens. Mais Paul Biya avait laissé croire à son interlocuteur que malgré la rumeur, il ne ferait pas arrêter l’ancien Premier ministre, Inoni Ephraim « parce qu’à l’évidence, les charges contre lui étaient minces et surtout qu’il n’avait pas beaucoup volé ». Une chance que n’a pas Jean Marie Atangana Mébara, impliqué dans la même affaire que son ancien subordonné à la présidence de la République. « Il [Paul Biya] a eu plus d’informations sur les cas de corruption commis par l’ancien secrétaire général de la présidence, Jean-Marie Atangana Mébara », mentionne Wikileaks.

Candidature

Mais doit –on estimer que les confidences de Biya étaient sincères. Tant il fait de nombreuses annonces jamais traduites dans les faits. C’est le cas des élections sénatoriales qu’il prévoyait pour le 2e trimestre de 2010 pour servir de galop d’essai à Elecam, mais également, la mise en place d’un Conseil constitutionnel avant la fin de la même année. Autre chose, Biya se montre préoccupé par l’indépendance d’Elecam qu’il dit lui donner « des insomnies ». Par ailleurs, afin de montrer toute sa bonne foi au moment de créer cet organe, il confiait à la diplomate (qui s’inquiétait sur sa composition) ne pas connaître personnellement les gens qu’il a nommés. «Comment bien faire fonctionner la commission électorale (Elecam), « me maintient éveillé la nuit », Biya a montré qu’il est plus préoccupé par le fonctionnement et l’indépendance d’Elecam. Il a prétendu qu’il ne connaît pas personnellement les membres du conseil d’Elecam (qui ont été largement critiqués d’être des fonctionnaires appartenir à un parti politique) », rapporte Wikileaks.

Au demeurant, si on se fit à ce câble, Paul Biya est amoureux de justice, de paix. Il se montre enthousiaste et reste silencieux sur la possibilité de briguer un nouveau mandat à la magistrature suprême. Les Américains le trouvent volontaire, plaisant et jouissant d’un bon état de santé. Même s’ils estiment qu’il affiche des signes de fatigue après deux heures d’échanges seulement.

Ce que Janet Garvey disait de Paul Biya*

Un extrait du commentaire de l’ex-ambassadeur des Etats-Unis à Yaoundé après une audience en fin janvier 2010

Biya s’était montré plus détendu et bavard de toutes ses rencontres avec l’ambassadeur. Il était aimable, avait l’air bien informé, mentalement bon en point, et apparemment de bonne santé, bien qu’il ait été fatigué vers la fin des deux heures d’audience. Il a semblé désireux de continuer la conversation, s’investissant sur des sujets concernant l’Afghanistan, l’Iran (qu’il craint d’être menacé par l’Israël). De même qu’il a félicité les Etats-Unis pour sa réaction en Haïti.

L’ambassadeur a recommandé que le Cameroun offre 1 million de dollars d’aide à Haïti ; Biya a indiqué que le public camerounais féliciterait cette décision. Il a mis un accent sur la discipline, indiquant qu’il compte parmi ses atouts les Camerounais originaires du Grand- nord et a formulé des regrets sur les Lions Indomptables (l’équipe nationale de football, qui a été éliminé de la coupe d’Afrique des nations de 2010) et parmi certains de ses collaborateurs. En même temps, il a cependant montré un mauvais côté et a montré des signes d’abandon, une fois confronté aux problèmes principaux dans son gouvernement (tel que la maîtrise budgétaire, l’agriculture et le renforcement de l’indépendance d’Elecam).

Il n’a pas semblé bien informé au sujet des difficultés financières de la marine, que l’ambassadeur a mentionnée au cours des discussions en parlant du Bir. Il n’a donné aucun avis quant à savoir s’il postulera au cours de la prochaine élection présidentielle ou s’il pourrait changer la composition du conseil d’Elecam.

* Traduction libre de la Rédaction

© Source : Le Messager

One Response to Wikileaks : Biya veut les aveux d’Inoni, Atangana Mebera, Abah Abah, Olanguéna…

  1. Samuel

    03/07/2011 at 20:43

    Wikileaks est capable de créer la 3ème guerre mondiale avec ses rapports là. Et puis rien ne dit que Popaul a dit ce qu’on lui fait dire. Une bande sonore serait davantage crédible.